10 mois après, Tiger rejoue

10 mois après son terrible accident de voiture le lendemain du Genesis Open, Tiger Woods a rejoué au golf en compétition avec son fils Charlie.

Rappelons nous que Tiger après avoir raté un virage en excès de vitesse (140km/h au lieu de 70 km/h) a fini sa course dans un ravin, la voiture complètement disloquée qu’il a fallu le désincarcérer pour le sortir de l’épave pour pouvoir l’emmener à l’hôpital. Et là, il a été à 2 doigts d’être amputé de la jambe droite tellement ses blessures étaient graves. Depuis, après avoir passé 3 semaines à l’hôpital, il est revenu chez lui pour entamer une très longue rééducation.

Invités pour la deuxième année consécutive à disputer le tournoi exhibition PNC Championship, c’est un peu sur l’insistance de son fils que Tiger a accepté de rejouer, à condition que ce soit en voiturette. Ce tournoi exhibition permettant les petits arrangements, Tiger joua donc en voiturette, Joe LaCava portant son sac, et Charlie lui joua à pied avec le fils de Joe sur son sac. D’autres que Tiger ont aussi utilisé une voiturette, comme John Daly ou encore Nick Faldo.

PNC Championship

Organisée tous les ans, en décembre, cette compétition invite d’anciens vainqueurs de Majeurs à venir évoluer, en double, avec un membre de leur famille, le plus souvent leur enfant, leur petit-fils comme Gary Player, ou leur père, ce que fit par exemple Nelly Korda, la numéro 1 mondiale américaine, qui a invité Petr, son père et ancien champion de tennis, à venir batailler durant ces deux jours.

Pour l’histoire on retiendra que c’est la paire John Daly-John Daly II (anciennement Little John) qui s’est imposée en -26, succédant à Justin Thomas et son père.

Tiger et Charlie

Et on peut dire que pour un retour, ce fut un beau retour puisqu’ils ont terminés deuxièmes à un coup des vainqueurs avec le score de -25 sur les 2 tours joués en scramble à 2. Charlie, 12 ans, a même réussi la plus belle approche du champ de joueurs sur le difficile par 3 du trou 17, en posant sa balle à 1,50m du drapeau . Partant des départs avancés au vu de son jeune âge, il a très souvent drivé avant son père pour éviter à celui-ci de trop forcer sur sa jambe droite encore convalescente.

11 birdies de suite

Si le samedi ils avaient scoré honorablement sans plus, finissant la journée à -10, le dimanche fut une tout autre histoire. Habillés en rouge et noir comme tous les dimanches de compétition, ils démarrèrent la journée par birdie-birdie-eagle, puis prendre littéralement feu en alignant 11 birdies de suite du 7 au 17 pour jouer en 57, manquant d’égaliser le record du tournoi (56) à cause d’une vilaine virgule pour birdie au trou 18.

La conclusion de Tiger

Il a confié qu’il lui était difficile d’accepter de frapper moins loin qu’avant son accident. Durant sa convalescence, il a beaucoup travaillé le haut du corps mais il manque vraiment de mobilité et d’explosivité au niveau des jambes, et ne peut pas s’engager à fond quand il frappe. Woods a toutefois pris la peine de descendre de son véhicule pour remonter le fairway du 18 et recevoir l’ovation du public, heureux de voir qu’il était sur la bonne voie même s’il devra certainement attendre quelques mois avant de voir l’homme aux 15 Majeurs s’inscrire sur un tournoi de la saison régulière.

« Je suis simplement heureux et reconnaissant d’être capable de faire cela. J’ai toujours ma propre jambe, ce qui était incertain pendant quelque temps, et elle fonctionne. Je suis juste très fatigué, je ne suis pas habitué à cela »

image_pdfimage_print

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.