Golf et crise sanitaire : dernières news

Voici les dernières nouvelles de la planète golf suite à la crise sanitaire du coronavirus.

La Fédération française de golf a envoyé un message à l’attention des golfeurs par l’intermédiaire de son président Jean-Lou Charon et du directeur général de la Fédération, Christophe Muniesa. En substance, ils indiquent se mobiliser à 100% pour que nous puissions retrouver les parcours le plus vite possible, avec certes des aménagements et la mise en place de certains gestes barrière. Ils ne sont pas seuls puisque d’autres fédérations les accompagnent dans ce travail auprès des différents ministères.

Vous pouvez lire cette lettre ici.

Le calendrier national amateur est également grandement modifié. Vous pouvez le retrouver ici.

Le PGA Tour a défini un nouveau calendrier qui recommencerait début juin avec les 4 premiers tournois à huis clos. La saison 2020 se terminerait le 7 septembre par le Tour Championship. La Ryder Cup devrait également pouvoir se tenir comme prévu du 25 au 27 septembre sur le parcours de Whistling Straits dans le Wisconsin.

L’European Tour ne cesse d’annuler des tournois. Derniers en date, l’Open de France qui devait se jouer au National du 2 au 5 juillet 2020 et qui risque de ce fait, vu son état financier quelque peu précaire, de se retrouver en 2021 faisant aprtie du calendrier du Challenge Tour, et le BMW International Open qui devait se jouer du 25 au 28 juin. L’Aberdeen Standard Investments Scottish Open qui fait partie des Rolex Series est pour le moment reporté à une date ultérieure. A la date d’aujourd’hui 18 avril, vous trouverez ici le calendrier complet des tournois joués, ceux reportés et ceux annulés. Le boss de l’European Tour, Keith Pelley, a envoyé le 14 avril un courrier aux joueurs pour les informer de la suite de la saison et de ce qui les attendait. Vous pouvez lire cette lettre (en français) ici. En substance, priorités aux tournois britanniques.

Coté Web, mon ami Laurent Agostini du site bien connu jeudegolf.org a écrit 3 articles forts intéressants sur l’avenir de la filière golf à la suite du corona virus (ici), sur l’avenir des fabricants de matériel de golf alors que tous les indicateurs étaient au vert avant la crise (ici), et sur l’avenir des distributeurs de matériel de golf face à cette crise (ici).

 

 




Tiger Woods égale Sam Snead

En remportant lundi matin le Zozo Championship au Japon, Tiger Woods a égalé le record de 82 victoires sur le PGA Tour! Il rentre encore un peu plus dans l’histoire du golf.

Depuis ses 21 ans, il a joué 369 tournois et en a gagné 82 à 43 ans !

Ce dernier tournoi PGA, le Zozo Championsip, s’est déroulé au Japon, à Chiba, dans des conditions météorologiques difficiles, la pluie ayant perturbé très souvent aussi bien le bon déroulement du tournoi que le physique des joueurs. Mais le soleil était au rendez-vous du dernier acte, comme pour saluer le plus grand joueur de ces dernières décennies.

En tête depuis le 1er tour où il avait battu son score le plus bas pour un retour à la compétition, en claquant un magistral 64 (-6), score réitéré le lendemain pour prendre seul la tête avec 2 coups d’avance sur Gary Woodland, Tiger a déroulé son golf comme à ses plus beaux jours. Contraint par les conditions météorologiques de finir lundi matin (aucune partie n’avait pu être lancée vendredi à cause des trombes d’eau qui ses sont abattues sur Chiba) alors qu’il lui restait 7 trous à jouer et 3 coups d’avance sur Hideki Matsuyama, son plus proche adversaire à 3 coups seulement, il a assuré le principal malgré un bogey au 12 et a conclu de manière magistrale son tournoi par un splendide birdie au trou 18, son 72ème et dernier. Il a joué 66 (-4) pour le 3ème tour le samedi – dimanche et -3 pour le dernier tour.

Cette année 2019 restera une des plus belles du Tigre : avec un corps réparé par la chirurgie et une tête qui est passée à l’age adulte après ses déboires d’adolescent attardé, le champion de 43 ans aura marqué les compteurs officiels avec ses victoires au Masters et en circuit, son record du jour, mais aussi de façon plus générale, la planète golf par son empathie, ses sourires et son plaisir de vivre. Un équilibre qui devrait permettre à Woods de relever de nouveaux défis. Et de gagner de nouveau. Encore et encore.

On voit mal comment le capitaine de l’équipe américaine de la prochaine Présidents Cup qu’il est pourrait se passer à Melbourne en décembre d’un joueur comme Woods !

Au total, Tiger Woods a gagné 109 tournois, 82 sur le circuit PGA, 8 sur le Tour européen et 19 autres tournois dans sa carrière professionnelle.




Le jeu lent, une menace pour le golf

Depuis quelques années, on entend de plus en plus souvent les joueurs se plaindre du jeu lent, que ce soit chez les amateurs ou chez les professionnels, en tournoi ou en amical. J’en avais déjà parlé en 2013 (voir ici) mais le problème s’est accentué depuis 6 ans.

Personnellement, j’ai aussi beaucoup de mal avec le jeu lent car j’ai du mal à gérer les attentes que ce soit sur le tee de départ ou sur le fairway. J’ai déjà subi des parties de 3 jouées en 6h, des parties en scramble à 2 jouées en 5h30 et pour moi c’est inacceptable. Le golf est déjà au départ un sport chronophage, mais si on rajoute de la lenteur au temps de jeu, on va réussir à dégouter beaucoup de nouveaux golfeurs.

Récemment, les américains Bryson Dechambeau (voir ici) et J. B. Holmes (voir ici) ont été stigmatisés à cause de la lenteur de leur jeu. Le premier met régulièrement entre 2 et 3 minutes avant de jouer comme sur la vidéo ci-dessous où il met plus de 3  minutes avant de faire un coup de 70m

ou sur cette vidéo où il met 2,20 minutes avant de putter

Quant au second, il est accusé par Bruce Koepka de ne jamais être prêt à jouer lorsque c’est son tour.

Les retransmissions sur Golf+ des tournois prouvent que cela devient un problème. Mais comme on le voit aussi, aucun arbitre n’est là pour sanctionner ces vedettes. Par contre, comme le souligne Ian Woosnam :

« Au Masters (2013), un jeune chinois (Guan Tianlang) avait reçu un coup de pénalité pour jeu lent. Il était amateur ; cette règle ne s’applique donc pas aux joueurs professionnels ? Les 40 secondes devraient être respectées. Allez la PGA, mettez des coups de pénalité, cette règle est faite pour ça. »

Rory Mc Ilroy compare même le jeu lent à une épidémie après avoir joué en 5 h 20. avec Mickelson, Kuchar sur le TPC de Sawgrass.

On sait tous que les amateurs (surtout les jeunes) imitent les champions et ce qu’ils voient ne les incitent pas à accélérer le jeu.

Mais, depuis hier, on a appris que le Tour Européen avait décidé de prendre des mesures contre le jeu lent (voir l’article de l’Equipe ici) et ce dès le mois de novembre : un durcissement de la réglementation, l’éducation des nouveaux membres du Tour, quelques innovations sur les tournois et une réduction des champs de joueurs.

Il serait temps que le PGA Tour en fasse de même car c’est pénible de jouer lentement et c’est pénible de regarder ces champions jouer aussi lentement.




Gary Woodland remporte l’US Open

L’Américain Gary Woodland a remporté dimanche l’US Open sur le parcours de Pebble Beach en devançant le tenant du titre Bruce Koepka de 3 coups. C’est son 1er Majeur en carrière.

Koepka qui espérait conquérir une troisième fois de suite l’US Open, n’a donc pas vu son rêve se réaliser. L’exploit de Willie Anderson n’a donc pas été égalé. Entre 1903 et 1905, ce golfeur américain d’origine écossaise avait enchaîné trois victoires consécutives à l’US Open. Il finit 2ème, comme lors du masters à Augusta.
Il a pourtant attaqué, et fait ce qu’il avait dit la veille, devant les micros des journalistes. C’est-à-dire mettre la pression sur Gary Woodland et Justin Rose qui étaient devant lui. Ses cinq premiers trous furent tout simplement impressionnants de maîtrise et d’adresse avec quatre birdies.

Justin Rose, lui, n’a pas supporté cette pression avec une journée à oublier ponctuée de six bogeys. Ça faisait beaucoup pour espérer inscrire son nom au palmarès du 119e US Open. Même constat pour Rory McIlroy qui, dès le deuxième trou, perdit toute illusion avec un double bogey.

Quant à Tiger Woods, il a connu une semaine difficile sur ce parcours sur lequel il avait en 2000 explosé tout le monde en gagnant avec 15 coups d’avance. Seule éclaircie, ses 9 derniers trous de dimanche où il joue -4, lui permettant enfin de battre le parcours à -2 pour la journée.

 

 




US Open 2019, les horaires de diffusion

L’US Open 2019, 3ème Majeur de l’année,commence aujourd’hui sur le parcours mythique de Pebble Beach en Californie. Malgré le décalage horaire important (9h), voici pour les couche-tard les horaires de diffusion sur les chaines du groupe Canal.

Jeudi 13 juin : 1er tour
21h – 4h30 sur Golf +
Codiffusion sur Canal+ Sport : 00h – 4h30

Vendredi 14 juin : 2e tour
21h – 4h30 sur Golf +
Codiffusion sur Canal+ Sport : 23h45 – 4h30

Samedi 15 juin : 3e tour
20h30 – 4h sur Golf +
Codiffusion sur Canal+ Sport : 23h45 – 4h

Dimanche 16 juin : 4e tour
20h30 – 4h sur Golf +
Codiffusion sur Canal+ Sport : 20h45 – 22h30
Codiffusion sur Canal+ : 22h30 – 2h

Sur le site L’Équipe

Reportages, analyses, vidéos… Notre envoyé spécial à Pebble Beach, Guillaume Dufy, et le reste de la rédaction vous feront vivre l’US Open sur notre site Web.




15ème Majeur pour Tiger Woods au Masters

Beaucoup l’espéraient, énormément craignaient de ne plus jamais vivre cela, mais Tiger Woods a déjoué tous les pronostics les plus sombres en remportant dimanche son 15ème Majeur, le plus prestigieux des 4 Majeurs, le Masters.

Parti dimanche à -11 avec 2 coups de retard sur Francesco Molinari et à égalité avec Tony Finau, le Tigre a patiemment tissé sa toile pour faire craquer ses rivaux. Il avait encore 3 coups de retard au 12, fameux petit par 3 de l’Amen Corner, quand il vit l’Italien mettre sa balle dans l’eau alors que lui mettait sa balle au sec au milieu du green. Finau aussi voyait sa balle retrouver celle de Molinari au fond du lac. 1 par et 2 double bogeys plus tard et il n’avais plus qu’un coup de retard.

Au 15, même scénario pour l’italien qui après un mauvais drive, se recentra trop long  et se retrouva dans les spectateurs, balle posée sur de l’herbe écrasée. Sur son approche il avait la malchance de voir sa balle toucher une pomme de pin et finir sa balle une nouvelle fois au milieu de l’eau. Drop puis 2 putts pour double bogey alors que Tiger Woods assurait le birdie pour prendre définitivement la tête du tournoi.

Une merveille de fer 8 au 16 posée à 50 cm du trou lui assurait 2 coups d’avance sur son principal rival du moment, son compatriote Brooks Koepka qui jouait dans la partie devant lui.

Il ne lui restait plus qu’à assurer le par au 17 et même si Koepka finissait avec un birdie au 18, il avait un matelas suffisant pour se permettre un bogey sur le dernier trou ce qu’il fit par la faute d’un coup de bois 3 au départ trop assuré qui finit à droite en bordure du rough, ne lui permettant pas d’aller chercher le green en 2. une approche et 2 putts plus tard, Tiger Woods pouvait lever les bras et laisser éclater sa joie, devant la foule en délire et sous les yeux de sa maman Kutilda et de ses enfants qui le voyaient gagner un majeur pour la 1ère fois.

Je vous propose de revivre ces derniers instants ainsi que la remise de la veste verte dans la petite vidéo ci dessous (désolé pour l’image qui bouge mais c’est pas facile avec un smartphone à bout de bras).




Rory McIlroy s’octroie le Players

L’Irlandais n’aurait pas pu souhaiter meilleur dénouement le jour de la Saint-Patrick, la fête de tous les Irlandais, qu’en remportant ce que l’on appelle le 5ème Majeur, le Players Championship.

L’ancien N.1 mondial a rendu une dernière carte de 70 (-2) pour un total de 272 (-16) et a empoché sur le prestigieux parcours du TPC Sawgrass le 15e titre PGA de sa carrière. Il a devancé d’un coup l’Américain Jim Furyk, 2e (273, -15) et deux coups l’Anglais Eddie Pepperell et le Vénézuélien Jhonattan Vegas, 3e ex aequo (274, -14).

Grâce à cette victoire il rejoint le club très fermé des joueurs ayant remporté 15 titres avant leurs 30 ans : Jack Nicklaus et Tiger Woods.

A 1 mois du Masters, seul Majeur qui manque à son palmarès, il envoie un signal fort aux autres joueurs en se plaçant comme favori naturel.

 « Cela fait quelques semaines déjà que je tourne autour de la victoire, cela m’a aidé, car je me sens de plus en plus en confiance », a expliqué le Nord-Irlandais, qui s’était déjà classé cinq fois dans le top 10 d’une épreuve PGA cette année.

Mais rien n’a été facile pour l’ex n° 1 mondial qui partait avec un coup de retard sur la tête. Très vite, comme la quasi-intégralité du champ, Rors pliait face aux conditions délicates balayant la scène. Balle dans l’eau dès le 4 et double bogey, +2 après huit trous, ses chances étaient de plus en plus minces. Mais le cador de l’Ulster ne comptait pas laisser une nouvelle chance de succès lui filer entre les pattes un dimanche. Birdies aux 9, 11 et 12 pour prendre seul la tête à 15 sous le par. Un par vendangé au 14 (putt de 1m30 manqué) laissait pourtant planer les fantômes de ses récents échecs dominicaux. Sauf qu’une nouvelle fois deux birdies aux 15 et 16 puis deux solides pars pour finir permettaient à Rory de repartir avec le trophée tant attendu.

Les highlights de Rory lors de ce dernier tour.




Europe ou USA, une appli vous dit qui va gagner

A l’occasion de la 42ème édition de la Ryder Cup, compétition internationale de golf qui se déroulera pour la première fois en France ce week-end du 28 au 30 septembre, Matthieu Guillot, diplômé de Grenoble INP – Ensimag, a mis au point une application ludique, afin de simuler les matchs et d’en prédire le résultat à l’avance !

Si vous souhaitez connaître laquelle des deux équipes parviendra à atteindre le seuil vainqueur de 14 points et demi sur les 28 points distribués en trois jours de compétition, vous pouvez soit vous rendre sur son site internet (http://www.golfoptimization.com/) créé par ce jeune ingénieur et connaître avant tout le monde le résultat, soit patienter jusqu’à la fin des épreuves.

Actuellement doctorant au laboratoire G-SCOP**, Matthieu Guillot réalise une thèse au sein de ce labo sur le processus de Markov, qui consiste (pour faire simple) à calculer le trajet le plus court d’un point à un autre sur un parcours présentant des aléas, et en prenant des décisions tenant compte de ce dernier. Cette branche des mathématiques a de multiples applications, en robotique par exemple.

Optimisation du golf et la Ryder Cup 2018

Le golf est une discipline attrayante pour ceux qui s’intéressent à l’analyse sportive: contrairement aux autres sports de balle, comme le baseball, le football, le rugby ou le tennis, le ballon est au repos lorsque le joueur frappe. Le nombre de scénarios auxquels un joueur peut être confronté sur le parcours est donc en quelque sorte sous contrôle (inutile de prendre en compte la position des adversaires, la rotation du ballon, etc.). Chaque joueur peut ainsi essayer de développer et de mettre en œuvre une stratégie pour jouer sur un parcours donné, en s’appuyant sur ses compétences. Le projet (académique) Golf Optimization vise à développer des stratégies optimales pour les golfeurs et nous avons développé des outils analytiques avancés pour calculer ces stratégies.

Nous croyons que les golfeurs professionnels ont une très bonne connaissance de leur jeu et qu’ils jouent près de leur stratégie optimale. Inversement, cela implique qu’un golfeur «in silico» jouant la meilleure stratégie devrait être une approximation décente d’un joueur réel. C’est l’hypothèse sous-jacente à ce projet. Nous avons ainsi analysé les statistiques * des 24 meilleurs joueurs professionnels américains et européens participant à la Ryder Cup 2018 et nous avons utilisé ces statistiques pour développer des «avatars» numériques des joueurs correspondants. Grâce à ces avatars, nous avons pu établir des prévisions de scores pour chaque trou du Golf National. Ceci, à son tour, permet de faire des prédictions sur le gagnant de chaque match. Ce site Web présente nos différentes prévisions pour la Ryder Cup 2018.

La Ryder Cup est un événement sportif majeur. Il est suivi par des millions de personnes à travers le monde. Nous avons pensé que c’était un superbe événement pour tester nos prédictions en direct et, espérons-le, améliorer l’expérience des fans passionnés. Nous espérons que vous aimerez jouer avec notre outil pendant l’événement! Cliquez sur le lien ci-dessous et voyez quel joueur est favori (selon notre modèle) pour chaque match-play possible (et chaque trou)!

* L’analyse statistique de cette recherche s’appuie sur le ShotLink du PGA TOUR (ensemble de données), mais les projections sont les nôtres. Les résultats présentés sur ce site Web précèdent la publication dans une revue universitaire. Nous sommes très reconnaissants à Ken Lovell, premier vice-président du marketing chez PGA TOUR, de nous avoir permis de publier ce travail préliminaire. Nous déclinons toute responsabilité en ce qui concerne les problèmes résultant de l’utilisation de ce site Web et de son contenu.

Le site qu’il a contribué à réaliser illustre les immenses possibilités offertes par la discipline. « Un modèle numérique de chaque joueur a été réalisé à partir de ce que l’on connaît des coups qu’il a réalisés précédemment. Ces modèles simulent le comportement d’un joueur face à un autre, et calculent ses probabilités de victoire. » A vos souris !