Victor Perez remporte le Dunhill Championship

Le golfeur français Victor Perez a remporté dimanche le Dunhill Championship, en Ecosse, sur le mythique parcours de Saint-Andrews.

Parti en tête en compagnie de Matthew Southgate, il a tenu la tête du l’épreuve tout au long de la journée pour s’imposer avec un coup d’avance sur l’anglais à -22. Tout au long des quatre jours de compétition, le golfeur a joué sous le par (64, 68, 64, 70). Le Français licencié à Biarritz a dominé des golfeurs de renom comme Tommy Fleetwood, Rory McIlroy, Justin Rose, Tony Finau…

La présence de JP Fitzgerald, l’ancien caddey de Rory McIlroy a également forcément pesé dans la balance. «Il connaît les trois parcours comme sa poche, surtout le Old Course, insistait le Français. Son travail est de me dire quel coup jouer et mon travail est de bien les exécuter». Un duo qui fonctionne déjà à merveille après moins de deux mois de collaboration !

C’est une énorme performance pour ce joueur qui est un roockie sur l’European Tour puisqu’il n’a eu ses droits de jeu qu’en début d’année.

Jamais un Français n’avait gagné ce tournoi qui se dispute traditionnellement sur trois links en Écosse, là où il s’est installé pour rejoindre sa petite amie. «J’habite à 20mn d’ici», rappelait-il avec un large sourire. Pour sa première saison parmi l’élite, Perez bondit à la dix-septième place de la Race to Dubaï et intègre le top 70 mondial !




Solheim Cup, c’est parti

La Solheim Cup 2019 se joue depuis ce matin jusqu’à dimanche sur le parcours de Gleneagles en Ecosse. Et il flotte un doux parfum de revanche sur cette édition.

Comme en Ryder Cup chez les hommes, 12 américaines vont se mesurer à 12 européennes dans le même format (depuis 2002) : Trois jours en match-play. Les deux premiers jours, il y a quatre foursomes et quatre quatre-balles (un le matin et un l’après-midi). Le dimanche, toutes les joueuses de chaque équipe s’affrontent en matchs individuels.

Histoire de la Solheim Cup

Créée en 1990 par Karsten et Louise Solheim, créateur de la marque Ping. La première édition de la Solheim Cup a eu lieu en Floride au Lake Nona Golf & Country Club. Les Américaines avaient gagné 11,5 à 4,5. Elles totalisent actuellement dix victoires contre cinq pour l’Europe.

Une Française dans l’équipe

Cocorico ! Cette année est d’autant plus intéressante que nous avons une joueuse française dans l’équipe qui n’est autre que Céline Boutier. Après avoir réalisé une fantastique saison sur le LPGA, elle a été choisie par Catriona Matthew pour intégrer l’équipe. Céline Boutier devient la sixième joueuse française à prendre part à cette compétition. Avant elle, Marie-Laure de Lorenzi (1990, 1996, 1998), Patricia Meunier-Lebouc (2000, 2003), Ludivine Kreutz (2005), Gwladys Nocera (2005, 2007, 2009, 2015) et Karine Icher (2002, 2013, 2015, 2017) y avaient participé.

Voici la composition des équipes 

Équipe américaine :

Juli Inkster (capitaine)
Lexi Thompson, 5-2-4
Nelly Korda, rookie
Danielle Kang, 3-1-0
Lizette Salas, 4-4-2
Jessica Korda, 1-2-1
Megan Khang, rookie
Marina Alex, rookie
Brittany Altomare, rookie
Angel Yin, 1-1-1
Annie Park, rookie
Morgan Pressel, 10-7-2 (Choix du capitaine)
Ally McDonald, rookie

Équipe européenne :

Catriona Matthew (Capitaine)
Carlota Ciganda, 5-4-2
Anne van Dam, rookie
Caroline Hedwall, 7-3-1
Charley Hull, 7-3-1
Georgia Hall, 2-3-0 Azahara Munoz, 4-6-1
Caroline Masson, 3-6-2
Anna Nordqvist, 11-7-2
Bronte Law, rookie (Choix du capitaine)
Celine Boutier, rookie (Choix du capitaine)
Jodi Ewart Shadoff, 3-4-0 (Choix du capitaine)
Suzann Pettersen, 16-11-6 (Choix du capitaine)




Céline Boutier en Solheim Cup

Céline Boutier a été sélectionnée par la capitaine de l’équipe d’Europe de Solheim Cup, Catriona Matthew pour la rencontre contre les USA qui se déroulera du 13 au 15 septembre en Ecosse sur le parcours de Gleneagles.

Céline devient ainsi la 6ème française a être sélectionnée pour cette compétition par équipe après Marie-Laure de Lorenzi (1990, 1996, 1998), Patricia Meunier-Lebouc (2000, 2003), Ludivine Kreutz (2005), Gwladys Nocera (2005, 2007, 2009, 2015) et Karine Icher (2002, 2013, 2015, 2017).

La réaction de Céline :

«Je suis très contente d’avoir été choisie par Catriona Matthew pour faire partie de l’équipe européenne de Solheim Cup. Mais je ne veux pas juste participer. Je veux la gagner ! » à indiqué Céline Boutier « Depuis toute petite, je rêve de disputer la Solheim Cup, donc c’est vraiment incroyable d’être ici, à cette conférence de presse, et de savoir que mon rêve va devenir réalité dans un mois ! » s’est réjouie la lauréate du Vic Open en début de saison sur le LPGA Tour« Avoir pu m’entraîner ce matin sur ce parcours où s’est disputée la Ryder Cup  était fantastique, et je pense que ce tracé va bien convenir à mon jeu. » 

L’équipe d’Europe pour la Solheim Cup 2019 :

  • Carlota Ciganda (Espagne)
  • Anne Van Dam (Pays-Bas)
  • Caroline Hedwall (Suède)
  • Charley Hull (Angleterre)
  • Georgia Hall (Angleterre)
  • Azahara Muñoz (Espagne)
  • Caroline Masson (Allemagne)
  • Anna Nordqvist (Suède)
  • Céline Boutier (France)
  • Bronte Law (Angleterre)
  • Jodi Ewart Shadoff (Angleterre)
  • Suzann Petersen (Norvège)

L’épreuve de qualification finale pour l’équipe américaine se terminera par le CP Ladies Open au Canada, du 22 au 26 Août, de nombreuses joueuses se battent encore pour se joindre à leur équipe et défendre le titre en Ecosse le mois prochain.

Lexi ThompsonNelly Korda, Danielle Kang, Lisette Salas et Jessica Korda sont déjà qualifiées en attente Cristie Kerr et Stacy Lewis, auraient besoin de gagner l’Omnium CP  pour revendiquer leur place au sein de l’équipe sans avoir besoin d’une wild card de la capitaine Juli Inkster.




Les 4 parcours les plus anciens du berceau du golf : L’Ecosse

royal-ancient-200Les premières traces du Golf en Ecosse remontent au 15ème siècle à l’époque du roi Jacques II. Bien qu’il existe aujourd’hui 556 parcours de golf en Écosse, certains des terrains les plus populaires et les plus connus abritent également les plus anciens clubs du monde. Si vous souhaitez faire une pause avec le football en ligne, pourquoi ne pas essayer le golf ? Voici un guide rapide des parcours présents le long de la côte Est et qui étaient déjà mentionnés dans les écrits du 15ème et 16ème siècle.

L’Ancien practice de St Andrews Links

St Andrews et le jeu furent d’abord mentionnés en 1552, ce practice est reconnu comme étant le «berceau du golf». Situé dans le comté de Fife, le parcours de 18 trous est ouvert au public et est la propriété de St Andrews Links Trust. Bien que les origines du jeu aient vu le jour ici, au début des années 1400, suite à une interdiction du Roi James en 1457, le sport ne fut plus pratiqué pendant une courte période. En 1834, quand le golf était en plein essor en Écosse, William IV accorda le patronage royal au practice de golf et la société changea de nom pour devenir le Royal and Ancient Golf Club. Aujourd’hui, le parcours s’est développé pour devenir le plus grand terrain en Europe avec plus d’Opens que n’importe quel autre practice. Les verts et les allées gigantesques offrent peu de différences en termes de surface; attendez-vous donc à un jeu rapide et difficile à St Andrews.

Carnoustie

Les terrains balnéaires de Carnoustie sont considérés comme étant parmi les parcours les plus difficiles d’Europe. Situés dans le comté d’Angus en Écosse, le jeu à Carnoustie a vu le jour en 1527. Le parcours de Golf de Carnoustie dispose de trois parcours au choix: le golf de championnat, le practice Burnside et le practice Buddon. Au fil des années, son parcours de championnat à 18 trous fut le talon d’Achille de nombreux joueurs célèbres eurent à faire face à ses redoutables bunkers et fairways. Si vous prévoyez de faire la route jusqu’à cette terre sanctifiée, mieux voudra pour vous prier pour un climat complaisant lors de votre expérience avec ce parcours difficile.

aberdeen-200Royal Aberdeen

Bien que les traces de jeu à Aberdeen remontent à 1538, le Royal Aberdeen Golf Club – officiellement connu sous le nom de la Société des golfeurs d’Aberdeen – a été fondé en 1780. Le golf a continué sur ce parcours, renommé comme étant le 6ème plus ancien club de golf au monde, jusqu’en 1886 où le club dut déménagé à Balgownie en raison d’une suractivité. Le parcours, qui s’établit sur une bande le long de la côte de la mer du Nord, possède quelques-uns des meilleurs trous au monde situés autour des dunes de sable et le long de l’herbe parallèle à la côte.

 

montrose-200Montrose

Montrose est célèbre pour être le cinquième plus ancien golf au monde et pour son club, le deuxième plus ancien après le R&A. Son parcours fut pour la première fois mentionné en 1562, bien que le club de golf réel, toujours en existence aujourd’hui, ne se soit formé qu’en 1810. On pourra apprécier deux parcours de 18 trous: Médaille et Broomfield. Comme le Royal Aberdeen, les trous difficiles de Montrose offrent une vue splendide sur la mer du Nord.




Histoire du golf (3)

Suite de la série historique sur le golf.

Savoir où le jeu a débuté en Écosse n’est que conjecture. Les premières évidences du golf en Écosse se trouvent dans le dossier des sessions de la cour de Kirk du 16e et du 17e siècle. Dans plusieurs parties de la côte Est écossaise, des paroissiens sont punis pour avoir joué au golf à l’heure du sermon. A St-Andrews en 1599, des mécréants sont mis à l’amende pour de petites sommes, après les deux premières offenses, ils sont envoyés au «pilier du repentir». Par la suite, les inculpés sont dépourvus d’office, excommuniés.

Durant le 16e siècle, le jeu s’établit sur la côte Est de l’Écosse et commence à se répandre fortement.

Entre-temps, le jeu gagne le respect de la bourgeoisie dans le pays et est certainement joué par Jacques VI d’Écosse bien avant qu’il n’accède au trône anglais en tant que Jacques I en 1603.

Mais l’engouement royal pour le jeu remonte encore plus loin. Quoique le roi Jacques IV, petit fils du roi écossais tente de le bannir, le golf s’étend, au début du 16e siècle, à l’intérieur du pays jusqu’à Perth, et est joué aussi loin au nord que Montrose.

Jacques IV, lequel tente d’arrêter les Écossais de jouer au golf, se convertit à son tour au sport. En 1501, son trésorier paie 14 shillings un artisan de Perth pour l’achat de bâtons. Par la suite, une série de factures sont payées par les coffres royaux pour des balles de golf, et même pour des paris perdus. Un compte-rendu du trésor royal démontre que le roi aurait payé au comte de Bothwell, 14 shillings, pour un pari perdu sur un des terrains de golf.

C’est l’influence royale qui permet de promouvoir le jeu dans le pays et, finalement, de l’exporter ailleurs. Les premiers centres de golf ont tous des associations avec la royauté ou, dans le cas de St-Andrews, deux autres piliers d’influence de la communauté écossaise, soit l’éducation et l’Église. St-Andrews est le plus ancien siège de l’éducation écossaise et est aussi une puissante forteresse de l’Église.

La capitale écossaise, Édimbourg, est le siège social de la cour et les terrains de golf fleurissent autour de la ville aidés par le patronage royal. Mais il y a aussi des palais à Dunfermline et Perth, et là aussi, se développe de forts liens avec le golf. L’évêque de Galloway a le crédit d’avoir promu le jeu dans le sud-ouest du pays, probablement via ses contacts avec la cour. Le marquis de Montrose est un autre ardent joueur et il pourrait fort bien être responsable que la ville ait prématurément son parcours de golf. Au début du 17e siècle, le golf est activement recherché du sud-ouest du pays jusqu’au nord dans des endroits aussi éloignés et venteux que l’archipel des Orcades.

En dépit de sa popularité, il faut 150 ans d’efforts pour développer l’organisation du golf. Les premières agitations pour une structure formelle prennent naissance pendant le 17e siècle alors qu’une série de règles est établie et universellement acceptée.

La première association, pour laquelle des preuves existent, est celle des Gentilshommes Golfeurs de Leith «Gentlemen Golfers of Leith», qui devient plus tard, l’Honorable Compagnie des Golfeurs d’Édimbourg «Honorable Company of Edinburgh Golfers», créée en 1744, lorsque la première balle reliée à un bâton d’argent est donnée par le conseil municipal d’Édimbourg.

En dépit de sa popularité, il faut 150 ans d’efforts pour développer l’organisation du golf.

Le premier vainqueur, John Rattray, est déclaré capitaine du golf et s’implante une tradition voulant que le gagnant du bâton d’argent soit nommé le capitaine du club l’année suivante.

C’est ainsi que le capitaine du Royal et Ancien Club de Golf de St-Andrews, maintenant élu par un comité d’anciens capitaines, devra faire ses preuves lors de l’inauguration de la compétition automnale pour la médaille du club en septembre. Afin de préserver la tradition voulant que le capitaine soit le gagnant, il est le seul compétiteur de l’événement et devient vainqueur dès qu’il a frappé. Un coup de canon annonce le début de la compétition, de même que la victoire du capitaine. On remet un souverain d’or au caddie rapportant la balle du capitaine après son coup de départ.

Le St-Andrews est proclamé au titre de Royal et Ancien en 1834.

Does eliza https://writemyessay4me.org/ do little, or does she succeed



Histoire du golf (2)

Suite de la série historique sur le golf.

LE GOLF EN ECOSSE

Sans que cela soit incontestable, il semble que la particularité du jeu de golf face à ses précurseurs soit l’invention du trou. En effet, tous les jeux que nous venons de citer consistent à toucher une cible (un arbre, un poteau, une porte …) et non pas de faire pénétrer la balle dans un trou.

En revanche, il est indéniable que c’est en Ecosse que le jeu s’est réellement développé sous une forme très proche de celle que nous connaissons aujourd’hui.
La première référence écrite est celle de 1457 : James II interdit la pratique du football et du golf. A partir du 18ème siècle une structuration émerge : les premières règles écrites apparaissent à Saint-Andrews le 14 mai 1754 (elles seraient une reprise des règles écrites dix ans avant à Leith). Le premier club est officiellement créé en 1764 : the « Honorable Company of Edinburgh Golfers »

Histoire du golf écossais, Malcolm Campbell

Ce jeu, royal et ancien, était fleurissant sur les parcours d’Écosse bien avant que l’on reproche sévèrement à Marie Reine d’Écosse d’avoir irrespectueusement joué au golf Seton House, peu de temps après le meurtre de son époux Lord Darnley, en 1567. Le golf a été joué à St-Andrews avant la fondation de son université en 1411, et il y a suffisamment d’évidence pour croire qu’il existait sous une forme ou une autre peut-être bien un siècle auparavant.

Quoique d’autres nations, tels les Français et les Hollandais, en réclament le concept, l’origine du jeu est inscrite dans les livres de record d’Écosse. Les Hollandais ont cité le jeu de bâton et balle «Kolven» comme preuve de leur requête, les Français le jeu de mail. Dans chaque cas, les protagonistes ont été traités d’imposteurs puisqu’il leur manquait la composante rendant le golf sans pareil, le trou.

Le golf est unique en ce sens, que sur un parcours semé d’obstacles disposés pour rendre la tâche difficile, l’objectif est de projeter une balle dans les airs jusqu’à un point où elle terminera sa course sous terre. Le trou constitue donc l’élément vital séparant le golf des autres jeux de balle et bâton.

Le golf était, en Écosse, un passe-temps national, plus de 400 ans avant que le prétendant Charles Édouard soit vaincu à Culloden en 1746, et avant, une autre défaite infamante aux mains des Anglais, alors que les Écossais perdaient leur roi à la bataille de Flodden en 1513. De fait, les historiens n’ont pas eu de difficulté à démontrer que le golf avait été un facteur déterminant dans ces deux défaites sanglantes.

A Flodden, les Écossais n’avaient pas été de taille avec les archers Anglais, lors de leur premier assaut, et avaient été mis en déroute. Le roi Jacques II d’Écosse avait été tellement préoccupé, 50 ans auparavant, par l’interférence néfaste du golf avec la pratique du tir à l’arc qu’il en avait banni la pratique dans un acte parlementaire en 1457. Cet acte constitue la première référence documentée du jeu d’aujourd’hui. Le golf sera à nouveau banni par Jacques III en 1471.

Mais, les Écossais n’observent pas l’interdiction et la pratique du tir à l’arc continue de décliner. D’autres interdits sont introduits pour être aussi largement ignorés. Ainsi, à la bataille de Flodden, l’habileté à frapper de longs coups fuyants n’est pas un substitut à la prouesse des archers. L’habileté nationale pour le golf s’était développée de façon proportionnelle à celle du déclin des archers.

L’origine du golf demeure un mystère. C’est un sujet qui a mis à l’épreuve le jugement et les études d’éminents chercheurs, mais pour lequel, aucune évidence irréfutable n’a été trouvée. Une théorie, aussi valable que nombre d’autres énoncées, serait que des pêcheurs de la côte Est de l’Écosse auraient inventé le jeu pour s’amuser alors qu’ils revenaient de leur bateau vers la maison.

Quoi de plus naturel pour un jeune pêcheur, déambulant le long d’interminables étendues gazonnées, entre les dunes de sables, de prendre un bâton de bois d’épave courbé et de frapper un caillou ? En frappant le caillou à l’avant, son instinct de compétition voudra qu’il le frappe à nouveau pour voir s’il peut l’envoyer plus loin.

Lorsque le caillou roulera dans une cavité sablonneuse, où les moutons se mettent à l’abri des vents glacials, il entreprendra de jouer dans les premières fosses de sable. Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour développer une scène de jeu, où des pêcheurs compétitifs joueraient sur un parcours depuis les bateaux jusqu’au village et finiraient chaque fois au même point, peut-être près de l’auberge. Si le caillou tombe dans un trou de lapin lors de la dernière frappe, alors, le jeu de golf est inventé et les précurseurs du 19e trou également.

[A suivre ….]

Ende april schrieb leonardo da vinci sein testament, nur wenige tage darauf, Web Seite am 2



Histoire du golf (1)

J’ai envie de vous faire découvrir l’origine de ce sport bien qu’il soit difficile encore aujourd’hui de dire quelles en sont les origines profondes. Les terrains, les rêgles, le matériel, les compétitions sont autant de domaines délicats ayant chacun évolué à leur façon, suivant un chemin personnel au cours de deux siècles qui jalonnent l’histoire du golf.
Les règles du jeu furent codifiées en 1764 par le club de St Andrews, le fameux Royal and Ancient, qui est en quelque sorte « La Mecque du Golf ».
En France, le parcours le plus ancien est celui de Pau, créé en 1856.C’est également le premier parcours construit en Europe.

Les historiens du golf pensent que ce jeu s’est développé simultanément en Ecosse et aux Pays-Bas. Les plus anciennes archives relatent le pratique du…Kolf dès le début du 14e siècle aux Pays-Bas, et en Angleterre (sous le nom de Cambuc).
Le Moyen Âge voit apparaître de par l’Europe des jeux de balles et de battes tout à fait semblables au golf : Le « Hurley » en Irlande, le « le Shinty » en Ecosse, le « Chole » en Flandre, la « Soule », sa version française et surtout le « Pall Mall » qui voit le jour en Italie.

Le jeu de mail (encore appelé pall-mall) était pratiqué déjà en France au 16ème siècle. Ce jeu possède des règles et des attitudes de jeu qui ressemblent beaucoup au golf. C’est pour ce jeu que nous connaissons les règles les plus anciennement imprimées.
Plusieurs variantes existent. Celle qui ressemble le plus au jeu de golf est le « mail à la chicane », pratiqué en plaine. On y jouait encore au début du 20ème siècle vers Aix-en-Provence et Montpellier.

La chôle (ou soule) était pratiquée surtout en Flandre et le Nord de la France. Peut-être y jouait-on également vers Angers. On possède des références qui indiquent que la chôle était pratiquée dès 1353 en Flandre. Ensuite, les Ecossais viennent soutenir les Français dans leur lutte contre les Anglais lors de la bataille de Baugé (1421). Ils auraient alors assisté à une partie de chôle. Par ailleurs, on se souvient que James 1er d’Ecosse avait interdit en 1424 la pratique du jeu de football et que James II, trente ans plus tard, en 1457, interdit la pratique du football et du golf. Ces interdictions avaient pour but d’éviter de distraire les archers de l’entrainement au tir. En tout cas, il est naturel de penser que le golf a pris une grande ampleur entre ces deux dates. Il était inutile de l’interdire en 1424. Il devenait nécessaire de le faire en 1457. Bref, ce développement se situe juste après la bataille de Baugé.

Ce jeu de chôle est toujours joué dans le nord de la France et en Belgique.

[A suivre …]