L’Open de France grandit grâce à HNA

L’Open de France est devenu à partir de cette année le HNA Open de France et intègre les Rolex Series, sorte de Panthéon du golf qui regroupe 8 compétitions très richement dotées.

Le retrait l’an passé d’Asltom comme partenaire avait suscité pas mal d’interrogations. Mais la volonté de la Fédération française de golf couplée à celle de Keith Pelley, le patron du Tour Européen, de voir d’abord survivre le plus vieux tournoi européen, puis de le voir garder un certain standing ont permis d’attirer le groupe chinois HNA comme partenaire titre afin qu’il puisse aussi intégrer ces Rolex Series créées par Keith Pelley afin de concurrencer le PGA Tour et les sommes astronomiques qui y sont distribuées. L’Open de France passe donc de 3,5 Millons d’Euros à 6.5 Millions d’Euros de dotation.

Mais cela a-t-il suffit à attirer les meilleurs joueurs de la planète, sachant qu’également la Ryder Cup se jouera dans un an sur ce parcours de l’Albatros? Pas exactement. Si de belles têtes d’affiches sont présentes, telles que le Suédois Alex Noren, 8e mondial, qui tentera de s’adjuger son deuxième Rolex Series consécutif après le BMW PGA Championship remporté à Wentworth, fin mai. Les nouveaux phénomènes européens, l’Espagnol Jon Rahm, 11e mondial dont ce sera le baptême du feu sur l’European Tour, et le Belge Thomas Pieters, 28e, seront évidemment à surveiller. La forte colonie anglaise (HattonFleetwoodFitzpatrickPoulterWestwood…), les habitués (KaymerMcDowellWiesberger…) et le toujours solide Francesco Molinari, 19e mondial, font également partie des sérieux prétendants.

Par contre pas de Rory McIlroy en revanche, cette année, sur les fairways de l’Albatros. Le numéro 3 mondial, 3e l’an passé à cinq coups du vainqueur, a « séché » le rendez-vous parisien. La proximité de l’Open d’Irlande (également inscrit au calendrier Rolex Series), disputé la semaine suivante, expliquant l’absence du Nord-Irlandais. Tout comme celle de l’Anglais Justin Rose présent également en Irlande puis en Écosse les semaines prochaines, mais pas à Paris. Et bien sur très peu d’américains voire quasiment aucun.

Les Français en embuscade
Si on note l’absence de guest star américaine, le plateau n’en reste pas moins extrêmement relevé. Et au milieu de ce tableau de premier choix, les Bleus tenteront de tirer leur épingle du jeu. Meilleur Français au classement mondial, Alexander Levy, 77e et vainqueur du Volvo China Open en avril, est très attendu. On scrutera bien évidemment avec une attention particulière l’imprévisible Victor Dubuisson, désormais 130e mondial mais capable parfois du meilleur. Ils seront ainsi une petite vingtaine de joueurs français à tenter de succéder à Thomas Levet, dernier compatriote sacré en 2011. Sur le parcours de l’Albatros, links d’exception plus manucuré que jamais, théâtre de la Ryder Cup dans un an et deux mois (28-30 septembre 2018), le spectacle devrait être de grande qualité. «  La Fédération française a beaucoup d’ambition et a accéléré son développement, poursuit Pelley. La France a toujours été très importante pour nous et encore plus avec l’horizon de la Ryder Cup. L’héritage de cette épreuve va énormément booster le golf en France. Nous voulons organiser l’une des plus grandes Ryder Cup de l’histoire  », prédit déjà Pelley.

Alors qui va remporter cette édition 2017 du HNA Open de France? Les paris sont ouverts.

Vous aimerez aussi...