Dustin Johnson, enfin !

image_pdfimage_print

dj-jacknicklaus-200L’américain Dustin Johnson a remporté le 116ème US Open disputé à Oakmont. Enfin, serait-on tenté de dire, au vu du nombre fois où il est passé à coté de très très peu.

Cette fois ci il a quasiment mené le bal tout le long, toujours dans les 5 premiers au leaderboard. Parti avec 4 coups de retard sur l’Irlandais Shayne Lowry, il a patiemment refait son retard pour prendre la tête au trou N°10 et ne plus la lâcher. Mais même encore cette année il a fallu que le sort s’en mêle et c’est sur un scénario invraisemblable que le grand américain a réussi remporter la victoire.

On va finir par appeler ça le « Dustingate ». Voyez donc (tiré de l’Equipe de ce jour).

Tout le monde se souvient de Whistling Straits 2010. À la lutte avec Bubba Watson et Martin Kaymer, Dustin Johnson croit partir en playoff de cet USPGA. Sauf que les arbitres le rattrapent. Sur le 18, l’Américain aurait, durant sa routine, posé le club dans un bunker, ce qui est formellement interdit. La pénalité est officialisée, DJ ne jouera pas le playoff. Ce scénario aurai bien pu se répéter dimanche.

Sur le green du 5 de l’Oakmont Country Club, la balle du futur vainqueur de l’US Open semble bouger. Il s’interroge, en parle à l’arbitre : qui est en faute, sa position à l’adresse ou les greens glissants du parcours ? Aucune sanction n’est annoncée, le jeu se poursuit. Pourtant, au départ du 12, les arbitres l’informent de la procédure à suivre : après son dernier tour, Dustin Johnson devra expliquer si oui ou non il a touché la balle. Si tel est le cas, il sera sanctionné d’un coup de pénalité. À ce moment, il possède un coup d’avance sur Shane Lowry, et forcément cet imbroglio va induire un début de doute dans l’esprit du champion américain.
Finalement, après que tous ses adversaires se soient écroulés un à un (Sergio Garcia, Scott Piercy et Shane Lowry), il sera sanctionné d’un coup de pénalité sans conséquence, au sortir de son 18 trous. Le nonuple vainqueur sur le PGA Tour s’impose en -4, trois coups devant Jim Furyk, Scott Piercy et Shane Lowry (-1). Dustin Johnson a pris sa revanche sur 2015 également. L’année dernière à Chambers Bay, il avait raté deux putts sur le dernier green, le premier pour la gagne, le second pour un playoff avec le futur lauréat, Jordan Spieth. Tous les coups du sort intègrent désormais la bibliothèque des souvenirs qui construisent un champion. Dustin Johnson est devenu cette nuit un vainqueur Majeur.

Juste logique au vu de son immense talent.

N’oublions pas notre français Gregory Bourdy qui finit 18ème à +6, après avoir été durant quelques trous en tête de cet US Open vendredi lors du 2ème tour. Ni Romain Wattel, qui a passé le cut et finit 63ème à +17. Le 3ème français au départ jeudi était Gary Stal, qui malheureusement pour luia  raté le cut d’un petit point.

Vous aimerez aussi...