Evian Championship, Lydia Ko, ok, Lexi Thompson, ko

L’Evian Championship a rendu son verdict hier en fin d’après midi, en sacrant la Néo-Zélandaise, Lydia Ko, devant l’Américaine Lexi Thompson, lydia ko remporte l'evian champioshippartie hier matin avec 2 coups d’avance, avec 6 coups d’avance. Ko devient ainsi la plus jeune vainqueur de Majeur de l’histoire (18 ans, 4 mois, 20 jours), record que Lexi Thompson (18 ans, 10 mois et 9 jours) avait en poche depuis sa victoire en 2014 au Kraft Nabisco Championship.

La blondinette américaine a même compté 4 coups d’avance sur sa rivale, avant de s’écrouler sous les attaques précises de Lydia Ko. Ko n’a fait qu’n seul bogey sur les 36 derniers trous et a même joué le score le plus bas en majeur sur le dernier tour en scorant 63 (-8) avec 3 birdies à l’aller et 5 au retour. Elle a même enfoncé le clou pour bien montrer qui était la patronne sur ce parcours en faisant son ultime birdie sur le 18, son 72ème et dernier trou.

La chinoise Shanshan Feng à -8 complète le podium.




L’USPGA pour Jason Day, #1 ranking pour Spieth

L’Australien Jason Day a remporté dimanche l’USPGA à Whistling Straits, son premier Majeur en carrière, en battant de 3 coups l’Américain Jordan Spieth (-20 contre -17).

jason-day-uspga2015-200Très ému à la fin de son 4ème tour, joué tout en contrôle, Jason Day a réellement marqué de son empreinte cette 97ème édition du PGA Championship.

«Je ne n’étais pas destiné à être là où je suis aujourd’hui raconte Jason, sanglotant sur le green du 18. J’ai perdu mon père à l’âge de 12 ans et puis j’ai rencontré Colin (Swatton son caddy de toujours). Partager cette aventure avec lui, remonter le 18e trou à ses côtés est un moment unique. Je ne pourrai jamais l’oublier


L’autre grand gagnant de cette journée est Jordan Spieth, 22 ans seulement, qui devient n°1 mondial en détrônant l’irlandais Rory McIlroy.

«C’est le meilleur lot de consolation que je puisse avoir, de loin. J’ai joué un golf solide toute la semaine. Je joue -11 sur le week-end dans un draw pas évident et j’avais toujours une chance de gagner. J’ai eu quelques opportunités de mettre la pression sur Jason mais à chaque fois, il a fermé la porte.»
«J’ai vécu une année fabuleuse et au final c’est une défaite facile à digérer parce que j’ai le sentiment d’avoir fait tout ce qu’il fallait pour l’emporter. Devenir numéro mondial était l’un de mes objectifs. Quand je regarde en arrière et la constance dont j’ai fait preuve et la capacité à élever mon jeu dans les gros tournois me donne beaucoup de confiance. Être numéro un est un grand honneur que vous voulez conserver le plus longtemps possible.»

ranking-golf

Avec cette victoire, la 5ème de sa carrière, Jason Day prend la 3ème place mondiale.




L’extra-terrestre Jordan Spieth

jordan-spieth-200Le Masters 2015 a livré son vainqueur et cette année encore c’est un magnifique vainqueur. 2ème l’an passé, Jordan Spieth a survolé le tournoi de bout en bout pour l’emporter sur le score de -18 et en faisant voler en éclat plusieurs records détenus par Tiger Woods ou Jack Nicklaus. Nous avons vraiment vu jouer pendant 4 jours l’extra-terrestre Jordan Spieth.

Voici la liste des records que ce jeune homme bien sous tous rapports a battu ou  égalé :

– 270, le total des 4 jours, à égalité avec Tiger Woods en 1997
– -14 et -16, scores les plus bas après 36 et 54 trous
– 21.7, son âge, ce qui en fait le deuxième plus jeune vainqueur derrière le Tigre, qui avait 4 mois de moins en 1997
– 28, le nombre de birdies sur les 4 tours du tournoi, soit 3 de plus que Phil Mickelson en 2001
– 69.1, sa moyenne de scores lors de ses 2 présences au Masters (2014-2015)
– 43, son score sur l’Amen Corner lors des 4 tours
– 106, son nombre de putts. Seuls Dustin Johnson et Steve Stricker ont moins putté.

Avec cette victoire, Spieth grimpera au deuxième rang du classement mondial. Il est devenu le deuxième joueur depuis 1940 à récolter trois victoires sur le circuit de la PGA, dont une en tournoi du grand chelem, avant l’âge de 22 ans.




Retour sur ma saison 2014

saison-2014-moiComme tous les ans je fais un petit retour sur ma saison précédente, donc 2014. Non pas que je veuille me mettre en avant, encore que comme c’est mon site, je fais ce que je veux (lool), mais cela m’aide aussi à voir les plus et les moins par rapport aux années d’avant depuis que je joue au golf, donc ce sera ma 8ème année.

J’ai attaqué la saison par un changement de série de fers. Je suis passé des Cleveland CG7 tour en shaft acier régular aux Taylormade TP 90 en shaft graphite stiff (du 5 au P). Du coup, mon mal au coude gauche a disparu quasi immédiatement. De plus, j’ai gagné un peu en longueur.

Second changement d’importance, j’ai signé au golf de Charmeil. J’avais besoin de jouer sur un vrai 18 trous, beau, bien entretenu et où la convivialité était de mise. Et mon choix était le bon. Seul bémol, il est très difficile de jouer avec les très bons joueurs du club, ils forment une sorte de caste et ne jouent qu’entre eux. Mais j’ai fait la connaissance de gens charmants et agréables.

Mon index état de 9.7 en janvier et je m’étais un peu enflammé en disant que je voulais passer 7 fin 2014!! Irréalisable à moins de m’entrainer comme un malade. Et surtout sans arrêter de changer de putter, passant d’un putter à grip classique à un autre avec gros grip! Au total, j’ai réussi 2 belles , très belles cartes dans la saison : au golf du Clou en inter-entreprise en avril où j’ai joué 8 et à Charmeil pour le Trophée Mercedes en septembre où j’ai rendu une carte de 7. Pour le reste ça a été plutôt moyen-moyen, j’ai fait le yo-yo toute la saison. Finalement donc je finis à 9.3, en étant descendu à 9.1 après le Trophée Mercedes.

saison-2014-02

Pour le reste, j’ai joué de très beaux parcours. En avril, je suis parti jouer avec mes amis les Fondugolf à Beaune et à Chailly. En mai j’ai été jouer à Terre-Blanche, j’y avais gagné un séjour de 3 nuits/4 jours pour 2 et j’ai enfin pu voir ce que ça donnait de jouer sur un parcours digne de l’European Tour. Et bin, c’est chaud bouillant!! En juillet j’ai découvert le parcours des Arcs, parcours de montagne, un peu rustique mais pas inintéressant. Et en octobre, j’ai joué 2 fois sur l’Albatros, au Golf National, dans le cadre de la finale nationale des Greens de l’Espoir. Et là j’ai découvert ce que veut dire un green qui « roule et qui tient la ligne »!! En dehors bien sur des chachis avaleurs de balles (j’en ai perdu 14 en 2 jours pour 18 trouvées) qui obligent à jouer droit.

Au total sur l’année, j’ai joué 100 parcours (amical et compétition) pour 1677 trous.

On va donc attaquer une nouvelle saison avec l’ambition de m’amuser et surtout de travailler le putting, qui est vraiment mon point faible. Et ensuite on verra bien si je suis capable de descendre encore un peu ou pas mon index. Ce n’est pas une priorité, en 8 ans je suis passé de 54 à 9,3 en comptant une saison (2013) où je n’ai fait que remonter.

Rendez-vous début 2016 pour le compte-rendu de cette saison qui s’annonce.




Gary Stal, un jeu de fer en acier trempé

stal-abudhabi-250Le jeune Lyonnais de 22 ans Gary Stal a remporté au nez et à la barbe des meilleurs mondiaux l’Abu Dhabi Championship, avec 1 coup d’avance sur le n°1 mondial Rory McIlroy.

Parti dimanche en avant-dernière partie à -12 en compagnie d’Alexander Levy et de Charles Schwartzel, il pointait à 8 longueurs de l’allemand Martin Kaymer qui écrasait la compétition de toute sa classe depuis le jeudi. Petit à petit, il a refait son retard, bénéficiant aussi d’un Kaymer s’écroulant peu à peu à point de perdre 5 coups en 2 trous (double-bogey au 9, triple-bogey au 11). La menace de McIlroy était encore bien réelle et peu s’en est fallu qu’il ne puisse obliger le jeune français à partir en play-off, sa sortie de bunker pour eagle au 18 frôlant le trou.

Il ne restait plus à Gary Stal qu’à assurer le par sur le 18, ce qu’il fit sans coup férir, pour remporter sa plus belle victoire jusqu’à présent. Cette victoire, hormis les 400 000€ de gains lui permet de gagner plus de 250 places au classement mondial et ainsi attaquer le tournoi qui se joue au Quatar cette semaine à la 103ème place mondiale.

kitd.html5loader(« flash_kplayer_968b76a417ds », »http://api.kewego.com/video/getHTML5Thumbnail/?playerKey=306eedd58f91&sig=968b76a417ds »);



Mc Ilroy, Fowler, Dubuisson, les jeunes en force

mcilroy-uspga-200Rory Mc Ilroy vient de remporter l‘USPGA sur le parcours de Valhalla, devant Phil Mickelson et Henrik Stenson. Mais ce qui marque le plus, en dehors de la démonstration éclatante du jeune Irlandais, c’est le nombre de jeunes joueurs dans le top 10.

Rendez-vous compte : 1, Mc Ilroy ; 4, Rickye Fowler, 7, Victor Dubuisson. Trois très jeunes joueurs dans le top 10 de ce majeur. Jamais il n’y avait eu autant de jeunes talents aux avant-postes. Ce qui est très bénéfique pour notre sport. Car il traîne depuis trop longtemps une image de champions bedonnants, grassouillets, qui ne connaissaient de l’entrainement que le 19ème trou.

Rory Mc Ilroy a donc confirmé qu’il était bien le n° 1 mondial sans contestation possible. Depuis 2 mois, il a relégué les autres au titre de simples faire valoirs. Au printemps, on doutait des capacités de JIPI, son cadddy. Le duo a donc répondu de la meilleure manière qui soit à toutes ces attaques. Et l’histoire de sa rupture avec la tenniswomaan Caroline Wosniacki est également oubliée.

Une nouvelle ère vient de s’ouvrir, celle de ce jeune nord-irlandais au talent immense. On n’ose encore parler de successeur à Tiger Woods, mais nous n’en sommes pas loin.




US Open Ladies : Wie? Oui!

usopen-michelle-wie-200Enfin, enfin, Michelle Wie a remporté son premier titre Majeur, l’US Open féminin,  en s’imposant ce week-end sur le terrible parcours de Pinehurst 2, 11 ans après ses débuts plus que prometteurs sur le circuit LPGA.

Une semaine après l’US Open masculin, remporté par l’allemand Martin Kaymer, c’était au tour des filles de fouler les fairways et les roughs si particuliers de ce parcours, succession d’évènement qui était une première, jamais deux Majeurs homme et femme ne s’étaient disputés à la suite sur le même parcours.

Pour l’américaine ex- sud-coréenne (elle a renié la nationalité de ses parents récemment), terminée la traversée du désert, entamée fin 2006, lorsque Michelle Wie décrochait, lors du LPGA Championship, une nouvelle place d’honneur en Grand Chelem.
Déjà brillante lors de la première levée de l’année au Kraft Nabisco (2e, derrière Lexi Thompson), l’Américaine s’est logiquement hissé ce dimanche dans le cercle fermé des vainqueurs de Majeurs, tant elle a dominé le champ et le parcours n°2 de Pinehurst, ce week-end. Seule joueuse à battre le par (-2), l’Hawaïenne empoche à 24 ans, lors de sa neuvième saison chez les pros, son premier Majeur.

Un triomphe acquis aux dépens de la numéro 1 mondiale, Stacy Lewis.

Enlaçant son trophée, l’ancienne prodige peinait à réaliser ce succès aux airs de délivrance : «Oh mon dieu, je n’arrive pas à croire que ce soit arrivé».




Victor Dubuisson, déjà grand !

victor-dubuisson-200lVictor Dubuisson a failli le week end dernier devenir le 1er français à remporter un tournoi du PGA Tour lors de l’Accenture Match-Play Championship. Il ne s’est incliné qu’en finale contre l’Australien Jason Day, en ne s’inclinant qu’au 5ème trou de play off.

Auparavant, il n’avait fait qu’une bouchée de ses adversaires, que ce soit Peter Hanson, Graeme McDowell ou encore Ernie Els.

Lors de la finale, sans doute tendu par l’enjeu de se retrouver après seulement 3 tournois sur le PGA en finale de ce championnat du Monde, il a laissé Jason Day mener rapidement 3 up. Puis, il est revenu tranquillement dans la partie, sans s’affoler, en laissant parler son talent naturel et en mettant ainsi la pression sur les épaules de l’Australien. Mené 1 up au départ du 18, il a poussé Jason Day à la faute pour recoller au score et partir en play-off.

Et il a encore sorti 2 coups extraordinaires de son arsenal, aux trous 21 et 22, en faisant 2 chips à 1,50 m du trou alors que la balle était au milieu des cactus et dans les cailloux. Jason Day en a sourit de dépit, lui qui se voyait déjà vainqueur à ce moment là.

Victor a toute fois lâché la partie au 5ème trou de play off.

L’Irlandais Paul Mc Guniley, capitaine de l’équipe Européenne de Ryder Cup, a eu ces mots à la fin :

« Impossible de ne pas être impressionné par ce que nous a montré Victor Dubuisson cette semaine. Un joueur avec un mental exceptionnel que la pression ne semble pas affecter. On a beaucoup parlé des putts de McDowell mais Victor a su délivrer des coups incroyables lorsqu’il le fallait. Il a rentré un nombre de putts décisifs incalculables. Je pense notamment à son putt au 17 en finale face à Jason Day pour prolonger le match. Sa sortie de bunker au 18, ses approches à la Houdini en play-off. Ce garçon possède des capacités mentales fantastiques. »

Une défaite au goût de victoire
Au terme de cette inoubliable semaine Dubuisson s’est en effet fait un nom outre atlantique et a donné à la France du golf de quoi espérer. Il a gagné sa place sur le PGA Tour. Son rêve d’évoluer à souhait aux côtés des plus grands joueurs du monde est désormais réalité. Au moins jusque fin 2015. Désormais 23e joueur dans la hiérarchie mondiale le Français est également le premier qualifié certain pour la prochaine Ryder Cup en Ecosse. Ce n’est pas Paul McGinley qui s’en plaindra.

Voici en vidéo les 2 chips « magiques » de Victor.