3 français qualifiés pour l’US Open

Le golf français peut être heureux, car trois des six tricolores engagés lundi aux qualifications pour l’US Open seront du voyage à Bethpage dans le région de New York au mois de juin.

Raphael Jacquelin, Thomas Levet et Jean-Francois Lucquin ont décroché trois des onze places disponibles à Walton Heath..

Jacquelin, -9, recevait même la médaille d’argent des mains d’un officiel de l’USGA pour le meilleur score sur les 36 trous disputés dans la journée.
Le joueur de Lyon rend des cartes de 67 et 68 pour assurer son premier US Open, alors qu’il avait échoué lors de ses quatre tentatives précédentes.

Raphael disait :  » J’espère que je peux jouer comme ça à l’US Open, parce que j’ai entendu dire qu’il fallait être long et droit. Si je peux mettre mes drives au milieu, cela serait bien.
Ma forme n’a pas été mauvaise pour cette première moitié de saison, sans que les résultats ne le démontrent, mais nous verrons bien dans quelques semaines ».
« C’est super de voir Thomas et Jean-François se qualifier, c’est un grand jour pour le golf français ».
Jacquelin révélait ensuite que son caddy, Chris, portait le sac de Van De Velde en 2002 et qu’il pourra profiter de son expérience.

Avec des cartes de 70 et 67, Thomas Levet est quatrième et participera à son 5ème US Open.
« Aujourd’hui c’est la continuité de ma forme de l’Open d’Espagne, alors je suis très content. Cela fait quelques semaines que je joue bien et la clef aujourd’hui c’etait les par 5 touchables en deux, j’en ai profité ».
Me qualifier aujourd’hui est bon pour la confiance, car dimanche j’ai manqué ma qualification automatique pour le British Open pour à peine €1000, sur la money list européene ».

« Je préfère jouer les Majors que d’y faire le commentateur pour la télévision et avec ma forme actuelle j’estime que j’ai ma place dans les majors. C’est bien que Raff et Jeff soient qualifiés, cela fera de belles parties d’entrainement à trois »

Lucquin, qui termine à – 5, se retrouvait dans un play-off à sept joueurs, Richard Bland, Francesco Molinari, Jose Manuel Lara, Stephen Gallacher, Johan Edfors et Peter Hanson. Grâce à un birdie au premier trou, le français décroche sa toute première participation dans un Major.

(Source : Golf Zone.com)

If they’d ever met it’s easy to imagine that any encounter between johnson and grose might write an essay on speech writing and presentation have been an uncomfortable one



Thomas Levet, grand d’Espagne

levet190Thomas Levet a remporté dimanche l’Open d’Espagne, avec une carte de 270, soit 18 sous le par. Il devance le Paraguayen Fabrizio Zanotti de deux coups. C’est le cinquième titre de Thomas Levet sur le circuit européen. Son dernier remontait à 2008, lors de l’Open… d’Andalousie !

Du haut de ses 40 ans, Thomas Levet pourrait passer pour un vétéran du circuit européen. Pourtant, le Parisien retrouve petit à petit son meilleur niveau. En dehors d’une contre-performance au dernier Open du Portugal où il n’a pas passé le cut, Levet a systématiquement fini dans les 50 premiers depuis le début de l’année. Et c’est sur les terres espagnoles où il est si à l’aise que le N.2 Français a concrétisé ses efforts. En tête depuis le deuxième tour sur le parcours de Gérone, Levet a signé la cinquième victoire de sa carrière sur le circuit européen, un an après sa dernière, lors de l’Open d’Andalousie.

Opéré de sa myopie cet hiver, Thomas Levet juge mieux les pentes sur les greens. Son putting s’en est ressenti au cours de ces quatre jours (28, 28, 33, 30). Parti avec deux coups d’avance sur l’Anglais David Stuart, le Français n’en a pas moins tremblé après avoir concédé deux bogeys dès ses quatre premiers trous. « Ça a été un long chemin », a-t-il expliqué à l’arrivée. « Lorsque vous ne rentrez pas de birdies tôt dans la partie, vous souffrez à la fin. » Levet s’est du coup retrouvé mis sous pression par le Paraguayen Fabrizio Zanotti, auteur de neuf birdies dimanche et d’une carte exceptionnelle de 65 (-7).

Levet dans l’histoire

La journée du leader va s’éclaircir à partir du trou N.6 grâce à trois birdies consécutifs. Au retour, le Parisien va en ajouter trois autres, contre un seul bogey. Avec une carte finale de 270 (-18), il remporte l’Open d’Espagne et devient du même coup le joueur Français le plus capé de l’histoire avec cinq titres à son palmarès (Open de Cannes 1998, British Masters 2001, Open d’Ecosse 2004, Open d’Andalousie 2008 et Open d’Espagne 2009). En début d’année, Thomas Levet a clairement affiché ses ambitions : se qualifier pour la Ryder Cup. 176e joueur mondial avant ce week-end, il devrait effectuer un bond au classement et se mettre en confiance pour la suite.

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, les autres Français ont brillé en cette journée dominicale. Grégory Bourdy a effectué une remontée spectaculaire grâce à une carte de 66 (-6). Parti 34e, il se classe finalement en 8e position. Jean-Baptiste Gonnet fait presque aussi bien avec une carte de 67 (-5) et termine 17e. Michael Lorenzo-Vera (72, Par), Jean-François Lucquin (73, +1) et Christian Cévaër (72, Par) sont restés en retrait et prennent respectivement les 24e, 31e et 52e place.

Source : Eurosport.fr

Once you have an event on schedule, it can be updated just like any other entry in the google calendar



Angel Cabrera, nouveau maître

cabrera190Le Masters de Golf d’Augusta s’est terminé dimanche dernier par la victoire en play-off de l’Argentin Angel Cabrera, devant Kenny Perry et Chad Cambell.

Cette victoire fait de lui le premier Argentin et hispano-américain à remporter le Masters.

Ce Masters a encore une fois tenu toutes ses promesses grâce à un suspense intense, des remontées que l’on croyait gagnantes, telles celles de Tiger Woods et de Phil Mickelson, qui évoluaient ensemble dimanche pour le dernier jour. Les organisateurs avaient bien fait les choses, puisque faire évoluer les numéros 1 et 2 était une garantie de spectacle, surtout lorsqu’ils partent à la chasse à la veste verte. Partis avec 7 coups de retard au matin du dimanche, ils sont venus mourir à 4 coup de la tête, après être remontés jusqu’à seulement deux coups des leaders au 16ème trou.

Après ces 4 jours et 72 trou joués, il a fallu encore à Angel Cabrera, Kenny Perry et Chad Cambel en découdre en play-off pour savoir qui aura le droit de se vétir de la fameuse veste verte.

Cambell craquera le premier en faisant un bogey sur le premier trou (le 18), bien que le deuxième coup de Cabrera ait laissé croire le pire pour lui. Il sauvera le par, ainsi que Perry, pour jouer le deuxième trou de ce play-off (le 10), et là, Perry craquera lui aussi, en réalisant un bogey alors que Cabrera assurait le par.

Après sa victoire surprise à l’US Open 2007, Angel Cabrera remporte donc son deuxième Majeur.

Constitution created a paper writers single president with broad powers



Le Tigre gagne de nouveau

woods8 mois d’arrêt, une opération au genou gauche, deux tournois de reprise et hop, Tiger Woods a remis sa patte sur le circuit américain, 10 jours avant le Masters.

Dimanche, il a remporté le Arnold Palmer International, en rendant une carte de 275, soit un coup de mieux que le deuxième, Sean O’Hair.

Il avait pourtant attaqué le dernier tou avec 5 coups de retard sur O’Hair, mais il faut croire qu’avoir un tigre à ses trousses peut perturber n’importe qui, celui-ci a mis 9 trous avant de se mettre dans le match.

Maintenant on peux le dire : the boss is back, le patron est de retour.

Avec un drive encore perfectible (60% de fairways touchés) du fait des ajustements nécessaires à la suite de son opération, avec un jeu de fers encore imprécis (54% de greens en régulation), mais avec un putting hors norme, Tiger Woods a montré à tout le monde qu’il fallait de nouveau compter sur lui.

Et ça, pour l’ensemble de la planète golf, c’est ce qui pouvait arriver de mieux.
Voici la vidéo de cette victoire.

Colored, adjective benedict cumberbatch made headlines this past week with a poor choice of words on a us talk show, as he discussed https://essaynara.com/ assignment help the lack of diversity in hollywood



Première compétition 2009

cartescore190Samedi 28 mars j’ai fait ma première compétition de l’année. Et pour une première, j’ai été servi.

Il s’agissait d’une compétition de classement, permettant de lancer la saison en tentant de faire baisser son index. Malheureusement, tout a été de travers ce jour là.

Le vent, puis la pluie combinée à un vent de folie m’ont accompagnés pendant les 18 trous du golf Bluegreen de Seyssins. Pourtant tout avait bien commencé, je faisais un petit par tranquille eu n°1. C’est ensuite que ça s’est gâté.
Un double-bogey au 2 (par 3), un drive hors limite pour attaquer le par 4 du n°3, un drive qui s’égare sur le fairway du 5 au n°4, enfin un par sur le par 4 du 5, et ainsi de suite jusqu’au 9 où je finissais l’aller en 12 (pour info, j’avais joué en +5 la veille sur 9 trous). J’allais oublier : devant nous, trois joueurs dont deux escargots qui faisaient leur promenade digestive en se foutant complètement de l’étiquette et du temps de jeu imparti pour une compétition.

Au retour, la pluie s’en mêle, m’obligeant à mettre mon vêtement de pluie, et à sortir mon parapluie.
Et là le début de la catastrophe : double-bogey au 1 et au 2, deux drive hors limite au 3 donc une croix, et on continue sur la lancée, double-bogey au 4 et au 5, bogey au 6, double au 7 (le trou le plus facile), bogey au 8 (le plus difficile) et enfin, comme par miracle, le par au 9. Résultat : + 18 au retour. Total +30, soit un score en stableford de 35 qui me met en zone tampon (ouf).

J’ai terminé trempé jusqu’aux os car en plus j’ai explosé mon parapluie sur le fairway du 4 à cause d’un énorme coup de vent pris de face, qui l’a retourné à l’envers et cassé 3 baleines.

Bon, je me suis dit que c’était la première de la saison, que je ne pourrais plus avoir de conditions aussi effroyables les prochaines fois, donc que je ne pourrais que faire mieux.

Prochaine échéance : le Trophée de la Métro, organisé par le golf de Bresson, en scramble à 2 avec un ami du club de Seyssins.

Aujourd’hui, tous les fous de jeu sont tous enregistrés sur un casino en ligne pour pouvoir accéder partout à leurs jeux de casino préférés! Faites comme eux et vous pourrez jouer tout le temps !

Cliffhanger now mostly attributed to television and suspenseful novels, cliffhanger has been used since the 1930s to denote a storytelling device in serialized filmmaking in which the episodic plot ends in unresolved suspense



Formules de jeu

rydercupOfficielles ou non officielles…
Pour tout savoir sur les différentes formes de jeu, définies dans les Règles de golf pour ce qui est des « officielles », et sur les non officielles qui servent souvent l’animation de nos parties du dimanche…

DIFFERENTES FORMES DE JEU

Les différentes formes de jeu sont définies dans les Règles de Golf.
Un « camp » est constitué de un joueur, deux joueurs, ou davantage qui sont partenaires.
Définition du Tour Conventionnel (ou tour) : le tour conventionnel consiste à jouer les trous d’un terrain de golf dans leur ordre numérique exact, à moins que le Comité ne l’autorise d’une autre manière. Le nombre de trous d’un Tour Conventionnel est de 18, à moins qu’un nombre inférieur ne soit autorisé par le Comité.

MATCH PLAY (Règle de Golf n° 2)

Le jeu se joue par trou. Un trou est gagné par le camp qui entre sa balle dans le trou dans le plus petit nombre de coups. Dans une compétition en net, le score net le plus bas gagne le trou. La partie est gagnée par le camp qui mène par un nombre de trous supérieur au nombre de trous restant à jouer.

STROKE PLAY (Règle de Golf n° 3)
La compétition est gagnée par le camp qui joue le ou les tours conventionnels dans le plus petit nombre de coups. Dans une compétition en net, le gagnant est le camp dont le score brut diminué de son handicap de jeu est le plus faible.

COMPETITION CONTRE PAR ET STABLEFORD (Règle de Golf n° 32)
Une compétition Contre Par et un Stableford sont une forme de Stroke Play dans laquelle l’épreuve se joue contre un score fixé pour chaque trou, ce score étant le Par du trou.

COMPETITION CONTRE PAR
La manière de compter est celle employée en match play :
o Un trou est gagné si le camp fait un score inférieur au Par ;
o Un trou est partagé si le camp fait un score égal au Par ;
o Un trou est perdu si le camp fait un score supérieur au Par ;
o En compétition avec des coups reçus, c’est le score net qui est comparé au Par.

STABLEFORD
La manière de compter consiste à attribuer des points en comparant le score réalisé à chaque trou avec un score fixé qui est le Par du trou :
Score pour le trou Points
Plus d’un coup au-dessus du score fixé 0
Un coup de plus que le score fixé 1
Egal au score fixé 2
Un coup de moins que le score fixé 3
Deux coups de moins que le score fixé 4
Trois coups de moins que le score fixé 5
Quatre coups de moins que le score fixé 6
Le gagnant est le camp qui totalise le plus grand nombre de points. En compétition avec des coups reçus, le score réalisé à chaque trou est diminué du ou des coups reçus sur ce trou avant d’être comparé au score fixé.

LES DIFFERENTS TYPES DE CAMPS

Ces différentes formes de jeu sont jouées par des « camps » dont la composition est exposée ci-dessous :
Il est important de noter que dans les Règles de Golf, le terme « Camp » désigne aussi bien un joueur seul que deux ou plusieurs joueurs associés.
Ces différents types de « camps » peuvent évidemment jouer les différentes formes de jeu, par exemple :
+ Un Stroke play peut être joué en Simple, Foursome, Quatre-balles, etc…
+ Un Match play peut être joué en Simple, Foursome, Quatre-balles, etc…

SIMPLE
Le « camp » comprend un seul joueur

DOUBLE
Le « camp » se compose de 2 joueurs selon les dénominations suivantes :
o Si chaque camp est composé obligatoirement de 2 joueuses, la compétition est dite « Dames » ;
o Si chaque camp est composé obligatoirement de 2 joueurs, la compétition est dite « Messieurs » ;
o Si chaque camp est obligatoirement composé d’un joueur et d’une joueuse, la compétition est dite « Mixte ».
o Si chaque camp peut être composé librement (2 joueurs, 2 joueuses, ou un joueur et une joueuse), la compétition est dite « Mixed-up ».

Did the fighting go well for americans before academic essay writing july of 1776