Histoire de la Ryder Cup, compétition légendaire (1)

Avant que ne se joue du 28 au 30 septembre prochain au Golf National la 42ème Ryder Cup, revenons un peu sur son histoire, et ce qui en fait le 4ème évènement le plus médiatisé au monde après les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de football et le Tour de France.

1. La Génèse

La Ryder Cup est au golf ce que la Coupe du monde est au football. C’est simple, il n’existe rien de comparable pour les amoureux de la petite balle blanche. Avec le Mondial de football, les Jeux olympiques et le Tour de France, la compétition, fondée par Samuel Ryder en 1927, fait figure de monument dans le paysage sportif. Tous les deux ans, chaque édition mobilise plus de 250.000 spectateurs et 750 millions de téléspectateurs à travers la planète. Ce qui en fait l’un des événements les plus regardés au monde. Du 28 au 30 septembre, fait exceptionnel, la Ryder Cup se jouera en France, à Saint-Quentin-en-Yvelines, en Île-de-France.

Du vendredi au dimanche, le Golf national, l’écrin de la Fédération française de golf où se joue chaque année l’Open de France, va accueillir pour la première fois cet événement démesuré et sans pareil. La 42e édition de l’épreuve-phare du golf va mettre aux prises les 24 meilleurs joueurs d’Europe et des États-Unis, repartis en deux équipes de 12 golfeurs. À quelques jours des premiers coups de clubs, LCI revient sur l’histoire de cette compétition hors norme.

Samuel Ryder, le mécène du golf

La Ryder Cup trouve son origine dans la passion d’un homme, philanthrope dans l’âme, Samuel Ryder. Né en 1858, cet Anglais est le précurseur de la vente par correspondance. Fan de cricket qu’il pratique avec assiduité, l’entrepreneur âgé de 50 ans se tourne vers une autre activité en plein air, le golf, pour des raisons médicales. Le sujet de sa Majesté, désireux de perfectionner sa technique, engage un joueur professionnel, Abe Mitchell, qui lui donne des leçons privées. À son contact, il découvre la vie des golfeurs de l’époque, mal payés et peu considérés. Pour la suite, il fera du développement de la discipline une obsession permanente.

En 1926, le promoteur Ryder met sur pied un match d’exhibition entre deux équipes professionnelles, une formation américaine et une autre britannique, sur le parcours du Wenworth Club au Royaume-Uni. Mais en raison d’une grève générale, la moitié des Américains ne peuvent pas se rendre sur le lieu-dit. Les fidèles de l’Oncle Sam se présent tout de même sur le green avec une équipe loin d’être au niveau. Sans grande surprise, les États-Unis s’inclinent lourdement. À la demande de l’Association américaine des golfeurs professionnels (PGA), l’édition 1926 est finalement jugée caduque et n’est pas prise en compte.

Emballé par ce coup d’essai, Samuel Ryder rêve de démocratiser l’événement qu’il a aidé à créer. Il fait réaliser un trophée en or par Mappin and Webb, estimé à 300 livres qu’il prévoit de remettre aux vainqueurs l’année suivante. Il s’agit d’une coupe de 14 carats à la forme fine et singulière, surmontée de la figure d’un golfeur dont la silhouette est fortement inspirée d’Abe Mitchell, le professeur de golf de l’homme d’affaires anglais. En 1927, trop malade pour voyager, il ne peut assister à la première édition de la Ryder Cup, joué aux États-Unis, au Worcester Country Club. Il va patienter jusqu’en 1929 pour voir de ses propre yeux ce qu’il a accompli.

(… A suivre)

Source : LCI




L’équipe US de Ryder Cup quasiment au complet

L’équipe américaine de Ryder Cup est quasiment au complet depuis dimanche soir. La fin du Wyndham Championship marquait la fin de la saison régulière et aussi la date butoir pour connaitre les 8 joueurs qualifiés d’office.

Voilà la liste des qualifiés :

1. Brooks Koepka
2. Dustin Johnson
3. Justin Thomas
4. Patrick Reed
5. Bubba Watson
6. Jordan Spieth
7. Rickie Fowler
8. Webb Simpson

Encore quatre wild cards à choisir

Il reste maintenant à Jim Furyk à choisir ses quatre wild cards. Le capitaine se donne un sursis de quelques semaines en attendant les résultats des tournois des play-offs de la FedEx Cup pour arrêter ses choix. Remonté à la 11ème place du classement provisoire de la sélection à la faveur de sa fantastique deuxième place à l’USPGA, Tiger Woods revient sérieusement dans le jeu. Et de vice-capitaine, l’ex n°1 mondial risque de glisser au statut de joueur vedette de l’équipe. Ce serait formidable pour la Ryder Cup au Golf National.

Autres prétendants aux wild cards restantes : Bryson Dechambeau (9e), Phil Mickelson (10e) et Xander Schauffele (12e). Ce qui apparaît se dessiner est une équipe américaine avec très peu de rookies. Un assurément (Justin Thomas), deux peut-être. Comme en 2016, ou l’un des deux rookies était un certain… Brooks Koepka.

Pour l’équipe européenne, il va falloir attendre début septembre pour connaitre les 8 qualifiés d’office et les 4 wild cards. Ce dont on est sur, c’est qu’il n’y aura aucun joueur français dans l’équipe.

Les 8 qualifiés seraient :

1 Francesco Molinari
2 Justin Rose
3 Tyrrell Hatton
4 Tommy Fleetwood
5 Jon Ram
6 Rory McIlroy
7 Alec Noren
8 Thorbjorn Olesen




La Ryder Cup sera aussi diffusée en clair….. un peu

Pour la 42e édition de la Ryder Cup, la première de l’Histoire sur le sol français, les joueurs européens et américains s’affronteront sur le Golf National du 28 au 30 septembre. Pour ceux n’ayant pu se procurer un ticket pour l’Albatros, le groupe Canal+ proposera cinq heures de diffusion en direct et en clair. Une première dans l’histoire golfique de la chaîne.

Seule détentrice des droits de diffusion, la chaîne cryptée offrira 3h50 de direct le vendredi, 1h50 le samedi et 50 minutes le dimanche. S’ajouteront 1h30 de highlights en clair le vendredi, et 1h30 le samedi. Pour les abonnés, la Ryder sera disponible en intégralité et en direct sur Golf+ et Canal+ Sport.

Le programme complet

GOLF+
100% de la compétition les 3 jours

CANAL+ 
Vendredi 28 Septembre :
8h-9h30 en clair, 11h35-13h55 en clair, Highlights 19h-20h30 en clair

Samedi 29 Septembre :
12h05-13h55 en clair, Highlights 19h-20h30 en clair dans le Canal Sport Club

Dimanche 30 Septembre :
11h30-12h20 en clair

CANAL+SPORT
Vendredi 28 Septembre : 8h-19h
Samedi 29 Septembre : 8h-19h
Dimanche 30 Septembre : 11h30-18h30, dont la cérémonie du trophée

Pas de diffusion publique

Pour cette première Ryder sur le sol français, France Télévisions ne s’est donc pas porté candidat à un rachat des droits de Canal+. «Aucune autre chaîne publique ou non ne s’est manifestée pour retransmettre la Ryder Cup, a confié Thierry David, rédacteur en chef de Golf+. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de proposer des plages en clair sur C+.» Un petit pas en avant pour la démocratisation du golf, prônée par la Fédération française de golf depuis l’obtention de la compétition. «Je tiens à remercier le groupe CANAL+ d’avoir consenti des efforts significatifs et proposé cette exposition de la Ryder Cup, a commenté Pascal Grizot, vice-président de la FFgolf. Rien ne les obligeait.»

Source : L’Equipe.




Francesco Molinari, 1er Italien Majeur

L’Italien Francesco Molinari a remporté dimanche le British Open sur le parcours de Carnoustie, devenant ainsi le 1er joueur Italien vainqueur d’un tournoi Majeur.

-8, c’est donc le score qu’il fallait faire pour remporter la Claret Jug sur un parcours brûlé et asséché par le soleil et le vent (il n’a plu que le vendredi matin). 8 birdies, aucun bogey, voilà la carte de score finale de Francesco Molinari. Il valide du même coup sa présence dans l’équipe européenne de Ryder Cup fin septembre au Golf National.

Les leaders au matin du dernier jour, Jordan Spieth, Kevin Kisner, Xander Schauffele, Kevin Chappell se sont tous écroulés dimanche.

Mais au delà de la victoire de Molinari, surnommé la Machina (la machine), le monde du golf a eu l’impression samedi et dimanche de revenir quelques années en arrière par la magie d’un seul homme : Tiger Woods.
Alors qu’il n’avait pas réussi à battre le parcours les 2 premiers jours en jouant square, il attaqua le samedi tambour battant, finissant à -5 et le dimanche il continua sur sa lancée au point à un moment d’être seul en tête du tournoi à -7. Et tout le monde se mit à rêver d’un 15ème Titre Majeur pour le Tigre. Malheureusement un mauvais coup de fer dans le rough suivi d’une mauvaise approche entraîna un double bogey suivi d’un bogey le firent redescendre au classement. Un dernier birdie suivi de 2 par et il finissait encore une fois dans le top 6 à -5.

Et maintenant tout le monde se met à rêver de voir Tiger Woods non pas seulement en tant que vice-capitaine de l’équipe amériaine de Ryder Cup, mais en tant que joueur de la prochaine Ryder Cup, grâce à une des 4 places d’invité dont dispose Jim Furick, le capitaine.




Thomas Bjorn a nommé ses vice-capitaines

En marge du tournoi de Wentworth, 1er Rolex Series de l’année 2018, Thomas Björn, le capitaine européen de Ryder Cup a nommé les 4 autres vice-capitaines qui viendront épauler Robert Karlsson déjà nommé il y a quelques mois.

Le Danois a choisi Graeme McDowell, Luke Donald, Padraig Harrington et Lee Westwood pour le seconder au Golf National. 4 joueurs de plus dont 3 britanniques pour le seconder sur le parcours de l’Albatros. Thomas Björn a dit :

«Ces cinq joueurs sont largement respectés, leur pedigree parle pour eux, avec une forte personnalité. Et ils sont toujours actifs et connaîtront donc bien tous les joueurs de l’équipe que nous aurons en septembre. Ils connaissent également bien le parcours du Golf National.»

Les cinq vice-capitaines combinent 26 sélections en Ryder Cup, entre 1997 et 2016, pour 56 points marqués et 8 victoires face aux USA. Padraig Harrington honorera sa 3e cape de vice-capitaine sur l’Albatros, après six sélections en tant que joueur.

Il n’y aura donc pas de Français dans le staff de l’équipe européenne cet automne à Saint-Quentin-en-Yvelines, alors que le monde du golf français attendait que Thomas Levet soit nommé. Mais, avec trois Majeurs, cinq Rolex Series et un WGC restant à disputer avant la clôture de la qualification le 2 septembre, les chances d’avoir un golfeur tricolore parmi les 12 restent réelles.




Open Solid’Aix

Les 28 et 29 avril prochains, au golf d’Aix les Bains, se déroulera la 2ème édition de l’Open Solid’Aix. En 2017, le golf d’Aix les Bains et l’association Locomotive se sont associés pour soutenir le combat contre le cancer et la leucémie pédiatrique, ceci à l’initiative de Amandine Zaro, maman d’un petit garçon atteint par cette maladie, qui a créé une agence d’événementiel sportif, Infinity Event. J’ai décidé pour cette année de soutenir cette cause car comme pour Vaincre la Mucoviscidose et les Greens de l’Espoir, elle touche des enfants. Je serais donc présent le dimanche 29 avril au golf d’Aix les Bains pour jouer et pour apporter mon soutien à cette belle opération.

Organisée sur un week-end, l’Open Solid’Aix est une compétition caritative, alliant la passion de son fils pour cette discipline et l’association qui nous a soutenu.
En 2018, nous fêterons les 30 ans de l’association. Que de chemin parcouru, de batailles menées, d’espoirs qu’ils ont pu soulever, trop de petits et grands guerriers perdus en route. Nous devons encore nous battre pour sauver ceux qui sont dans le combat. Rien n’est acquis, tout est fragile mais le champ des possibles peut encore grandir si nous faisons chacun notre part, comme le colibri.
Les fonds récoltés ont pour but de soutenir les différentes actions de l’association Locomotive en faveur des familles qui ont, ou ont eu, un enfant hospitalisé dans le service oncologie de Grenoble.

La 1ère édition (15-16 avril 2017) a vu 95 participants, 60 initiations au golf pour des personnes de 3 à 75 ans et surtout 3500€ de réversés. Marielle Berger Sabattel en était la marraine. La vidéo de cette édition est ici.

Cette 2ème édition aura pour parrain le patineur artistique Philippe Candeloro.

Le but : 2 jours de convivialité et de performances
Pendant 2 jours, profitez des animations diverses proposées par notre équipe et nos partenaires.

  • Le samedi sera consacré à une initiation de golf ouverte à tous, Une compétition inter-entreprise en 4 balles meilleures balles, suivie d’un repas. Durant le repas nous vous proposons un concours d’approche avec une cible. Chaque participant pourra miser sur la réussite de son équipe et ainsi rapporter un peu plus à l’association.
  • Le Dimanche, une compétition individuelle où chaque joueur pourra faire évoluer son index suivi d’une remise des prix et d’un apéritif. Un petit déjeuner d’accueil sera organisé ainsi qu’un buffet de mi-parcours.

Le programme :

– Samedi :
– Compétition Inter-entreprises : 120 € par participant comprenant:
– L’inscription de 20 € reversée entièrement à l’association
– Le Green Fee
– Le repas du soir
– Welcome Bag
– Initiation ouverte à tous le Samedi : 10 €

– Dimanche :
– Compétition individuelle comptant pour le Handicap
– 20 € d’inscription entièrement reversée à l’association
– Green Fee
– Welcome Bag

Si vous êtes sensibilisés comme moi aux maladies qui touchent les enfants, venez me rejoindre pour passer une ou deux bonnes journées de golf et de convivialité.




Pourquoi les balles de golf ont-elles des alvéoles ?

Un petit peu d’histoire et d’aérodynamique. Pourquoi les balles de golf ont-elles des alvéoles?

Un peu d’histoire

Le golf, tel que nous le connaissons actuellement, est apparu en Ecosse au début du XVe siècle. Les balles étaient alors faites en bois. Je vous laisse imaginer la difficulté pour les frapper. De plus elles se cassaient facilement, même si on utilisait les bois les plus durs.
En 1750, elles sont remplacées par de petites poches en cuirs ou en toile, remplies de plumes d’oie et recouverte de peinture, appelées les featheries ou plumeuses. On était certain qu’il fallait obtenir la balle la plus lisse possible pour l’envoyer loin. C’est pourquoi on retournait le cuir pour que les coutures soient à l’intérieur de la balle. Cette dernière était ensuite séchée, huilée et peinte. Le golf était alors un sport réservé à quelques privilégiés à cause du prix élevé des balles, en raison d’un processus de fabrication complexe.
En 1850, les plumeuses laissent leur place aux balles gutta-percha (= gomme issue du latex provenant d’arbres de Malaisie) inventées par le physicien Robert Adams Paterson et dont le prix était beaucoup plus abordable.
Au bout d’un certain temps, les joueurs se sont aperçus que les vieilles balles avec des trous allaient plus loin que les balles neuves. Aucune explication, jusqu’en 1883. Cette année-là, Osborne Reynolds, un ingénieur anglais spécialiste de l’hydrodynamique trouve un nombre qui porte son nom et qui caractérise les écoulements. Mais nous y reviendrons plus tard.
La balle gutty-percha, créée par le révérend Robert Adams Patterson en 1848, devint la norme. Cette boule était fabriquée à partir de la sève prélevée sur le Sapodilla de Malaisie, également connu sous le nom de Gutta. Cette balle a provoqué une nouvelle ère pour les golfeurs en raison de la façon dont il pourrait être moulé dans une forme de sphère beaucoup plus parfaite qu’une balle plumeuse ou une balle en bois. Sa sensation caoutchouteuse a également considérablement amélioré la durabilité. Bientôt, on a découvert que ces balles fonctionnaient beaucoup plus efficacement après avoir été entaillées et battues (ou « brisées ») pendant un certain temps. Ceci, à son tour, a conduit les fabricants à indenter intentionnellement les surfaces de leurs balles pour améliorer les performances. Les motifs des boules qui en résultèrent cédèrent la place au nom de «ronces» car ils ressemblaient à des fruits de ronce.
Puis vint la balle en caoutchouc. Coburn Haskell et Bertram Work sont les deux personnes créditées du dernier changement majeur dans la conception de balles de golf en 1898. Les deux se réunissaient réellement pour jouer un jeu quand l’idée a été accidentellement survenue par Haskell qui avait cherché à passer le temps en liquidant un peu de fil de caoutchouc pour former une balle pendant qu’il attendait son partenaire de jeu. Il a rebondi sa balle sur le sol et a remarqué qu’il remontait plus haut que prévu. Il a montré sa balle à Work qui a alors recommandé de mettre une couverture rigide sur le dessus du caoutchouc enroulé pour l’empêcher de s’effilocher. Le matériau choisi pour la couverture était balata; un fluide un peu visqueux qui pourrait être pris de l’arbre balata et durcie en une couverture pour le ballon.
Enfin, la balle en plastique telle qu’on la connait de nos jours. L’avancement final des balles de golf n’a pas impliqué un changement radical dans la conception, mais une avancée majeure dans les matériaux utilisés. Surlyne est devenu le nouveau standard pour les coquilles extérieures des balles grâce à EI du Pont de Nemours et compagnie dans les années 1960. D’autres matériaux qui sont venus à être utilisés dans le monde du golf étaient principalement des mélanges d’uréthane. Comme avec tous les produits modernes, la technologie a pris racine et la gamme de balles de golf, les styles et les types disponibles aujourd’hui est écrasante et toujours plus large. Les progrès de la technologie se sont produits si rapidement avec la balle moderne que les joueurs plus âgés se sont plaints que le développement est allé trop loin avec la balle de golf en constante évolution.

Un peu d’aérodynamique

En 1883 donc, Osborne Reynolds, un ingénieur anglais spécialiste de l’hydrodynamique trouve un nombre qui porte son nom et qui caractérise les écoulements. Et alors?

Lorsque vous lancez une balle, celle-ci est soumise à deux forces de frottement : la friction de l’air à la paroi, là où la balle pénètre l’air, et la dissipation d’énergie dans le sillage de la balle. Or, c’est de ce sillage que dépend l’aérodynamisme. Plus il est fin, et moins la balle sera freinée.

Normalement, le sillage est laminaire, c’est-à-dire qu’il contourne la balle en épousant sa forme. Mais au-delà d’un certain seuil, appelé nombre de Reynolds (Re), il devient brusquement turbulent : le sillage « décolle » de la balle, apportant un surplus d’énergie. Grâce à cette énergie, le sillage turbulent reste plus longtemps attaché à la balle, et réduit donc le frottement.

Pour lancer la balle le plus loin possible, il faut donc réduire la valeur du nombre de Reynolds. C’est justement le cas des balles alvéolées. Pour une même vitesse, cette dernière « accroche » l’air et subit donc moins de frottements qu’une balle lisse.

Des balles très spéciales…

Les balles alvéolées vont plus loin, mais elles favorisent aussi les effets liftés.

Aujourd’hui, la plupart des balles de golf possèdent entre 300 et 600 alvéoles de forme circulaire, ce qui permet à certains golfeurs de réaliser des drives de plus de 200 mètres. Le record du monde est détenu par l’américain Michael Austin. Lors de l’Open National des Vétérans, disputé à Las Vegas en 1974, il réalisa un drive de 471 mètres!

Si le poids et le diamètre d’une balle de golf sont très réglementés (46 g pour 42,6 mm), ce n’est pas le cas pour la forme des alvéoles.

Plusieurs expériences ont été menées sur les formes des alvéoles. A l’heure actuelle, elles sont rondes, mais d’après les chercheurs, des alvéoles hexagonales réduiraient encore le nombre de Reynolds.

Mais ce n’est pas tout : les balles rugueuses sont meilleures pour les effets liftés (car elles favorisent l’asymétrie de l’écoulement de l’air autour de la balle). Ces derniers, très utiles pour impressionner vos adversaires au tennis ou marquer des coups-francs au foot, sont plutôt indésirables quand vous cherchez à mettre votre petite balle au fond d’un trou.

Certains joueurs ont donc tenté d’inventer des balles lisses avec une simple bande alvéolée au milieu, qui réduit les déviations de la balle. Réponse de la très officielle Association des golfeurs des Etats-Unis (USGA) : cette balle « réduit les compétences nécessaires pour jouer au golf et menace l’intégrité du jeu ». Un nouvel article a donc été ajouté dans le règlement : « la balle doit avoir des propriétés aérodynamiques et une force d’inertie égale dans n’importe quel axe ». Même sans ces balles truquées, les meilleurs golfeurs arrivent à faire des « long drive » de 250 m. Pas mal !

Alors la prochaine fois que vous avez sous les yeux une balle de golf, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil !




Masters 2018, les heures de diffusion

Le Masters 2018 commence ce soir par le concours de Par 3. Malheur à celui qui le gagne, car la malédiction veut qu’il ne gagnera pas la veste verte. Voici les horaires de diffusion sur Golf+.


Maintenant, les paris sont ouverts. Qui de Woods, Mickelson, Spieth, Watson, Thomas, Jonhson (Dustin) remportera cette édition du Masters qui s’annonce comme très ouverte? Trouver le vainqueur cette année revient un peu à jouer au Casino en ligne.