Pourquoi un golf comporte 18 trous ?

Tous les parcours de golf sur le globe (ou presque) possèdent 9, 18, 27 trous. Mais pourquoi jouent-on sur 18 trous et pas 15, 22 ou 34? Replongeons nous dans l’histoire du golf pour mieux comprendre.

Partons en Ecosse et plus précisément dans le berceau de ce magnifique sport, au club du Royal and Ancient Golf Club of St Andrews. Un club déjà connu pour avoir inventé les règles officielles du golf, en 1754.

A l’époque, le parcours Old Course de St Andrews, considéré comme l’un des plus vieux de l’histoire, se jouait sur… 22 trous. 11 à l’aller et autant au retour. Et c’est pour une raison un peu particulière que ce parcours mythique a été raboté de quatre trous… Georges Jeanneau, historien, explique : « A St Andrews, nous sommes passés de 22 à 18 trous pour des questions économiques, mais aussi d’occupation du terrain. En effet, une ligne de chemin de fer a été construite sur l’extrémité du parcours. On l’a donc amputé de quatre trous pour ne pas être gênés par cette nouvelle ligne ». Et également en 1764, les habitués du club jugent certains trous trop rapprochés. En réaction, les propriétaires décident d’en fusionner quelques-uns. Leur nombre tombe à 9 et une partie complète se dispute désormais sur 18 trous.

Un siècle plus tard, en 1890, le club de St Andrews devient le Royal & Ancient Golf Club. Il est reconnu comme une autorité officielle, qui régit le golf au Royaume-Uni. Le «R&A» choisit de modifier les règles du golf et fixe la taille d’un parcours classique. 18 trous, comme à St Andrews. Aujourd’hui, la plupart des parcours proposent 18 trous.

Mais ce nombre de 18 n’est pas forcément la norme partout. A Belle-Ile en mer (Bretagne), on trouve même un parcours de 14 trous. A Faramans en Isère, au golf de la Bièvre, on trouve un parcours de 4 trous (2 par 3 et 2 par 4). Néanmoins, 18 trous reste la norme utilisée pour la compétition, comme il est indiqué dans les règles officielles du golf éditées par le R&A Golf Club of St Andrews.

En cadeau une petite vidéo de mon ami Lewis Wallace qui vous raconte tout ça en images.




Révolution à l’Augusta National

C’est une page de l’histoire du golf qui se tourne aujourd’hui et sans aucune une véritable révolution sur l’Augusta National : une compétition féminine, l’Augusta National Women’s Amateur, se déroulera du 3 au 6 avril sur le mythique parcours de l’Augusta National, théâtre depuis 1933 du célèbre Masters.

Depuis toujours, les femmes étaient interdites, de part les statuts du club, sur le parcours qui accueille le Masters et dont les membres sont triés sur le volet. Jusqu’en 2012, aucune femme ne pouvait en être membre.

En 2011, plus de 15% des entrées sur le parcours hors compétitions l’étaient de la part de femmes invitées ou épouses de membres actifs.

Le 20 août 2012, Augusta National admettait Condolezza Rice et Darla Moore parmi ses membres, mettant ainsi fin à 3/4 de siècle de contrôle masculin sans partage.

Résultat de recherche d'images pour "champions retreat golf club augusta ga photos"
Champions Retreat Golf d’Augusta

Le processus d’entrée des femmes était enclenché et le 4 avril 2018 avant le Masters, Fred Ridley, le nouveau Président du Club, annonçait la création de l’Augusta National Women’s Amateur, un tournoi ouvert aux potentielles futures stars les plus prometteuses, à partir de 2019. Qu’on ne si trompe pas cet événement est d’importance et comme l’a déclaré Mike Whan, le Commissaire de la LPGA ” Un gain pour la LPGA au fil du temps”.

Le programme:

Les 2 premiers tours, les 3 et 4 avril, se déroulent sur le Champions Retreat Golf d’Augusta.

Résultat de recherche d'images pour "augusta national course photos"
Augusta National Golf Club

Un cut sera ensuite effectué et le dernier tour aura pour cadre le 6 avril le parcours mythique d’Augusta National. Entre temps le 5 avril une journée de “practice” regroupera l’ensemble des participantes de départ sur le parcours d’Augusta National.

Les participantes:

Elles sont 72 joueuses amateurs internationales invitées :

  • Les gagnantes des événements suivants:
    U.S. Women’s Amateur, Ladies’ British Open Amateur Championship, Women’s Amateur Asia-Pacific, U.S. Girls’ Junior, Girls’ British Open Amateur Championship, Girls Junior PGA Championship.
  • Pour les années à venir: les gagnantes de l’Augusta National Women’s Amateur Championship recevront une invitation pour les 5 prochaines années si elles sont toujours amateures.
  • Les 30 premières Américaines du classement mondial (WAGR) non encore qualifiées ci-dessus.
  • Les 30 premières du classement mondial arrêté fin 2018 non encore qualifiées ci-dessus.
  • Enfin les positions restantes sont laissées à l’appréciation du Comité directeur de l’Augusta National Women’s Amateur Championship.

Une française aura l’honneur de fouler ces mythiques fairways, il s’agit d’Agathe Laisné des Longhorns de Texas Université à Austin.




Histoire de la Ryder Cup, compétition légendaire (2)

Suite de l’histoire de la Ryder Cup.

Avant que ne se joue du 28 au 30 septembre prochain au Golf National la Ryder Cup, revenons un peu sur son histoire, et ce qui en fait le 4ème évènement le plus médiatisé au monde après les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de football et le Tour de France.

2. L’évolution mondiale

Un format particulier et indémodable

Au fil du temps, la Ryder Cup s’est ouverte au monde. Jusqu’en 1971, les matches se déroulaient uniquement entre l’équipe des États-Unis et l’équipe de Grande-Bretagne. En 1973, l’équipe britannique associe des Irlandais. Il faut attendre 1979 pour que l’ensemble des golfeurs européens puissent intégrer la formation. Une manière de rendre l’épreuve plus compétitive. L’édition 2001, qui devait avoir lieu après les événements du 11 septembre, oblige les organisateurs à reporter l’événement d’une année. Depuis cette date, la compétition, qui avait lieu historiquement les années impaires, se déroule les années paires.

Si la compétition a évolué, la formule elle n’a guère changé. Pendant trois jours, du vendredi au dimanche, les douze meilleurs golfeurs de chaque camp s’affrontent avec pour seul objectif de soulever le précieux sésame. Les deux premières journées sont consacrées aux matches en duos, avec une session de quatre matches en foursome (les deux joueurs, habillé d’une même tenue sans sponsor, jouent alternativement la même balle) et en fourball (chaque joueur joue sa propre balle). La dernière journée est réservée aux 12 matches en simple. La première équipe à atteindre le score de 14 points et demi est déclarée gagnante. Chaque duel rapporte un point au vainqueur, un demi-point pour chaque joueur en cas d’égalité. Si la Ryder Cup se termine à égalité 14-14, c’est l’équipe tenante du titre – les États-Unis en 2016 – qui repart avec le trophée.

Une disette américaine en Europe

Elles sont loin les années où la Ryder Cup était la propriété exclusive des États-Unis. Après un long passage à vide, l’équipe européenne a retrouvé des couleurs au début des années 90 avant de faire main basse sur le trophée à l’aube du XXIe siècle. Cela s’est traduit par une première série de victoires en 2002, 2004 et 2006 puis une nouvelle série en 2010, 2012 et 2014. Une domination encore plus flagrante sur le Vieux Continent. Pour voir une victoire américaine sur le sol européen, il faut remonter à 1993 au Belfry de Wishaw, au Royaume-Uni. Une hégémonie que les États-Unis entendent bien mettre à mal cette année sur les greens tricolores.

Source : LCI




Histoire de la Ryder Cup, compétition légendaire (1)

Avant que ne se joue du 28 au 30 septembre prochain au Golf National la 42ème Ryder Cup, revenons un peu sur son histoire, et ce qui en fait le 4ème évènement le plus médiatisé au monde après les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de football et le Tour de France.

1. La Génèse

La Ryder Cup est au golf ce que la Coupe du monde est au football. C’est simple, il n’existe rien de comparable pour les amoureux de la petite balle blanche. Avec le Mondial de football, les Jeux olympiques et le Tour de France, la compétition, fondée par Samuel Ryder en 1927, fait figure de monument dans le paysage sportif. Tous les deux ans, chaque édition mobilise plus de 250.000 spectateurs et 750 millions de téléspectateurs à travers la planète. Ce qui en fait l’un des événements les plus regardés au monde. Du 28 au 30 septembre, fait exceptionnel, la Ryder Cup se jouera en France, à Saint-Quentin-en-Yvelines, en Île-de-France.

Du vendredi au dimanche, le Golf national, l’écrin de la Fédération française de golf où se joue chaque année l’Open de France, va accueillir pour la première fois cet événement démesuré et sans pareil. La 42e édition de l’épreuve-phare du golf va mettre aux prises les 24 meilleurs joueurs d’Europe et des États-Unis, repartis en deux équipes de 12 golfeurs. À quelques jours des premiers coups de clubs, LCI revient sur l’histoire de cette compétition hors norme.

Samuel Ryder, le mécène du golf

La Ryder Cup trouve son origine dans la passion d’un homme, philanthrope dans l’âme, Samuel Ryder. Né en 1858, cet Anglais est le précurseur de la vente par correspondance. Fan de cricket qu’il pratique avec assiduité, l’entrepreneur âgé de 50 ans se tourne vers une autre activité en plein air, le golf, pour des raisons médicales. Le sujet de sa Majesté, désireux de perfectionner sa technique, engage un joueur professionnel, Abe Mitchell, qui lui donne des leçons privées. À son contact, il découvre la vie des golfeurs de l’époque, mal payés et peu considérés. Pour la suite, il fera du développement de la discipline une obsession permanente.

En 1926, le promoteur Ryder met sur pied un match d’exhibition entre deux équipes professionnelles, une formation américaine et une autre britannique, sur le parcours du Wenworth Club au Royaume-Uni. Mais en raison d’une grève générale, la moitié des Américains ne peuvent pas se rendre sur le lieu-dit. Les fidèles de l’Oncle Sam se présent tout de même sur le green avec une équipe loin d’être au niveau. Sans grande surprise, les États-Unis s’inclinent lourdement. À la demande de l’Association américaine des golfeurs professionnels (PGA), l’édition 1926 est finalement jugée caduque et n’est pas prise en compte.

Emballé par ce coup d’essai, Samuel Ryder rêve de démocratiser l’événement qu’il a aidé à créer. Il fait réaliser un trophée en or par Mappin and Webb, estimé à 300 livres qu’il prévoit de remettre aux vainqueurs l’année suivante. Il s’agit d’une coupe de 14 carats à la forme fine et singulière, surmontée de la figure d’un golfeur dont la silhouette est fortement inspirée d’Abe Mitchell, le professeur de golf de l’homme d’affaires anglais. En 1927, trop malade pour voyager, il ne peut assister à la première édition de la Ryder Cup, joué aux États-Unis, au Worcester Country Club. Il va patienter jusqu’en 1929 pour voir de ses propre yeux ce qu’il a accompli.

(… A suivre)

Source : LCI




Pourquoi les balles de golf ont-elles des alvéoles ?

Un petit peu d’histoire et d’aérodynamique. Pourquoi les balles de golf ont-elles des alvéoles?

Un peu d’histoire

Le golf, tel que nous le connaissons actuellement, est apparu en Ecosse au début du XVe siècle. Les balles étaient alors faites en bois. Je vous laisse imaginer la difficulté pour les frapper. De plus elles se cassaient facilement, même si on utilisait les bois les plus durs.
En 1750, elles sont remplacées par de petites poches en cuirs ou en toile, remplies de plumes d’oie et recouverte de peinture, appelées les featheries ou plumeuses. On était certain qu’il fallait obtenir la balle la plus lisse possible pour l’envoyer loin. C’est pourquoi on retournait le cuir pour que les coutures soient à l’intérieur de la balle. Cette dernière était ensuite séchée, huilée et peinte. Le golf était alors un sport réservé à quelques privilégiés à cause du prix élevé des balles, en raison d’un processus de fabrication complexe.
En 1850, les plumeuses laissent leur place aux balles gutta-percha (= gomme issue du latex provenant d’arbres de Malaisie) inventées par le physicien Robert Adams Paterson et dont le prix était beaucoup plus abordable.
Au bout d’un certain temps, les joueurs se sont aperçus que les vieilles balles avec des trous allaient plus loin que les balles neuves. Aucune explication, jusqu’en 1883. Cette année-là, Osborne Reynolds, un ingénieur anglais spécialiste de l’hydrodynamique trouve un nombre qui porte son nom et qui caractérise les écoulements. Mais nous y reviendrons plus tard.
La balle gutty-percha, créée par le révérend Robert Adams Patterson en 1848, devint la norme. Cette boule était fabriquée à partir de la sève prélevée sur le Sapodilla de Malaisie, également connu sous le nom de Gutta. Cette balle a provoqué une nouvelle ère pour les golfeurs en raison de la façon dont il pourrait être moulé dans une forme de sphère beaucoup plus parfaite qu’une balle plumeuse ou une balle en bois. Sa sensation caoutchouteuse a également considérablement amélioré la durabilité. Bientôt, on a découvert que ces balles fonctionnaient beaucoup plus efficacement après avoir été entaillées et battues (ou « brisées ») pendant un certain temps. Ceci, à son tour, a conduit les fabricants à indenter intentionnellement les surfaces de leurs balles pour améliorer les performances. Les motifs des boules qui en résultèrent cédèrent la place au nom de «ronces» car ils ressemblaient à des fruits de ronce.
Puis vint la balle en caoutchouc. Coburn Haskell et Bertram Work sont les deux personnes créditées du dernier changement majeur dans la conception de balles de golf en 1898. Les deux se réunissaient réellement pour jouer un jeu quand l’idée a été accidentellement survenue par Haskell qui avait cherché à passer le temps en liquidant un peu de fil de caoutchouc pour former une balle pendant qu’il attendait son partenaire de jeu. Il a rebondi sa balle sur le sol et a remarqué qu’il remontait plus haut que prévu. Il a montré sa balle à Work qui a alors recommandé de mettre une couverture rigide sur le dessus du caoutchouc enroulé pour l’empêcher de s’effilocher. Le matériau choisi pour la couverture était balata; un fluide un peu visqueux qui pourrait être pris de l’arbre balata et durcie en une couverture pour le ballon.
Enfin, la balle en plastique telle qu’on la connait de nos jours. L’avancement final des balles de golf n’a pas impliqué un changement radical dans la conception, mais une avancée majeure dans les matériaux utilisés. Surlyne est devenu le nouveau standard pour les coquilles extérieures des balles grâce à EI du Pont de Nemours et compagnie dans les années 1960. D’autres matériaux qui sont venus à être utilisés dans le monde du golf étaient principalement des mélanges d’uréthane. Comme avec tous les produits modernes, la technologie a pris racine et la gamme de balles de golf, les styles et les types disponibles aujourd’hui est écrasante et toujours plus large. Les progrès de la technologie se sont produits si rapidement avec la balle moderne que les joueurs plus âgés se sont plaints que le développement est allé trop loin avec la balle de golf en constante évolution.

Un peu d’aérodynamique

En 1883 donc, Osborne Reynolds, un ingénieur anglais spécialiste de l’hydrodynamique trouve un nombre qui porte son nom et qui caractérise les écoulements. Et alors?

Lorsque vous lancez une balle, celle-ci est soumise à deux forces de frottement : la friction de l’air à la paroi, là où la balle pénètre l’air, et la dissipation d’énergie dans le sillage de la balle. Or, c’est de ce sillage que dépend l’aérodynamisme. Plus il est fin, et moins la balle sera freinée.

Normalement, le sillage est laminaire, c’est-à-dire qu’il contourne la balle en épousant sa forme. Mais au-delà d’un certain seuil, appelé nombre de Reynolds (Re), il devient brusquement turbulent : le sillage « décolle » de la balle, apportant un surplus d’énergie. Grâce à cette énergie, le sillage turbulent reste plus longtemps attaché à la balle, et réduit donc le frottement.

Pour lancer la balle le plus loin possible, il faut donc réduire la valeur du nombre de Reynolds. C’est justement le cas des balles alvéolées. Pour une même vitesse, cette dernière « accroche » l’air et subit donc moins de frottements qu’une balle lisse.

Des balles très spéciales…

Les balles alvéolées vont plus loin, mais elles favorisent aussi les effets liftés.

Aujourd’hui, la plupart des balles de golf possèdent entre 300 et 600 alvéoles de forme circulaire, ce qui permet à certains golfeurs de réaliser des drives de plus de 200 mètres. Le record du monde est détenu par l’américain Michael Austin. Lors de l’Open National des Vétérans, disputé à Las Vegas en 1974, il réalisa un drive de 471 mètres!

Si le poids et le diamètre d’une balle de golf sont très réglementés (46 g pour 42,6 mm), ce n’est pas le cas pour la forme des alvéoles.

Plusieurs expériences ont été menées sur les formes des alvéoles. A l’heure actuelle, elles sont rondes, mais d’après les chercheurs, des alvéoles hexagonales réduiraient encore le nombre de Reynolds.

Mais ce n’est pas tout : les balles rugueuses sont meilleures pour les effets liftés (car elles favorisent l’asymétrie de l’écoulement de l’air autour de la balle). Ces derniers, très utiles pour impressionner vos adversaires au tennis ou marquer des coups-francs au foot, sont plutôt indésirables quand vous cherchez à mettre votre petite balle au fond d’un trou.

Certains joueurs ont donc tenté d’inventer des balles lisses avec une simple bande alvéolée au milieu, qui réduit les déviations de la balle. Réponse de la très officielle Association des golfeurs des Etats-Unis (USGA) : cette balle « réduit les compétences nécessaires pour jouer au golf et menace l’intégrité du jeu ». Un nouvel article a donc été ajouté dans le règlement : « la balle doit avoir des propriétés aérodynamiques et une force d’inertie égale dans n’importe quel axe ». Même sans ces balles truquées, les meilleurs golfeurs arrivent à faire des « long drive » de 250 m. Pas mal !

Alors la prochaine fois que vous avez sous les yeux une balle de golf, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil !




Comment le golf s’est-il démocratisé ?

Dans ma jeunesse, le golf était considéré comme un sport d’élite. C’était une activité réservée aux riches bourgeois qui passaient leurs dimanches sur les terrains à bord des petites voiturettes électriques suivis de boys qui portaient les clubs.
Mais depuis, le monde a évolué et le regard sur ce sport a complètement changé au cours des vingt dernières années. Il s’est largement démocratisé et connaît un franc succès auprès du public. J’ai pensé qu’il serait intéressant d’analyser les raisons de ce succès.

La notoriété des joueurs professionnels

Auparavant, les joueurs professionnels de golf, bien que très performants, n’avaient pas la même aura et la même reconnaissance que les autres athlètes dans des disciplines comme le football, le tennis ou le cyclisme. Le golf avait l’image d’un sport pratiqué uniquement par une caste de privilégiés. Les golfeurs pros étaient assez discrets et n’utilisaient pas les nouvelles technologies pour promouvoir leur entraînement et leur style de vie. De plus, les retransmissions étaient considérées comme « ennuyeuses » par la plupart des téléspectateurs.
Puis Tiger Woods est arrivé et tout a changé. Il a su bousculer les codes et donner une image différente de la discipline. Il a largement prouvé que pour réussir il fallait un entraînement à la dure, un régime alimentaire strict et une certaine éthique de vie (on oublie ses frasques sentimentales !). Tiger a inspiré d’autres golfeurs professionnels qui ont compris que ce sport devait prendre une tournure plus athlétique et ne pas être cantonné à une élite oisive se retrouvant au  » country club  » du coin.
D’autres sportifs provenant d’autres disciplines, ainsi que des célébrités, se sont aussi mises au golf, le rendant de plus en plus populaire. Bien que ce sport ne soit pas  » donné  » à tout le monde, on reconnaît désormais sa valeur et son caractère athlétique.
La popularité de Woods a largement contribué à rendre ce sport accessible. Les tournois internationaux sont à présent diffusés à la télévision non seulement sur des chaînes spécialisées mais aussi sur celles à plus grande audience comme Canal+ Sport en France. Il existe maintenant des centaines de sites sur le web qui traitent du sujet sous toutes ses coutures. L’intérêt qu’il engendre n’a cessé de croître à tel point qu’il est possible depuis plusieurs années de parier sur les tournois sur les différentes plateformes de paris en ligne tel que Betway.

Le golf devenu populaire auprès des jeunes et des retraités

Au cours de la dernière décennie le golf a su conquérir le cœur des adolescents et des retraités. Les premiers, surtout les jeunes de 17 ans et moins, y ont pris goût, sans doute influencés par Tiger Woods et les jeux vidéo disponibles sur Playstation ou Xbox. Les seconds, ayant retrouvé du temps libre, profitent de la multiplication des parcours de par le monde pour combiner leur passion avec les voyages.

La percée des nouvelles technologies

Les nouvelles technologies ont permis de faciliter l’apprentissage de la discipline, la rendant ainsi plus divertissante. Contrairement au passé, il est plus facile d’apprendre à golfer et réussir de bons swings sans trop  » ramer « . Les progrès réalisés dans les matériaux qui composent les clubs et la balle permettent à l’amateur de porter des coups plus longs et plus directs. Ainsi le débutant attrape plus rapidement le « virus » du golf qui ne le lâchera plus !

Économiquement plus abordable

Alors qu’auparavant il fallait absolument être membre d’un club pour pouvoir pratiquer, il est possible de nos jours de payer juste l’entrée pour pouvoir faire un parcours. Il faut quand même noter qu’il est nécessaire de prendre des cours pour apprendre à jouer avant de se lancer tout seul.
Une fois que vous aurez appris, vous ne lâcherez plus vos clubs !




Histoire du bois métal

Voici l’histoire du bois métal, né en 1978, et conçu au départ pour une toute autre utilisation, le backspin!

Article retiré suite aux menaces de son auteur que j’avais pourtant clairement identifié dans le contenu de l’article. Je vais le refaire et le tourner autrement de manière à éviter tout risque de menaces supplémentaires.




Les 4 parcours les plus anciens du berceau du golf : L’Ecosse

royal-ancient-200Les premières traces du Golf en Ecosse remontent au 15ème siècle à l’époque du roi Jacques II. Bien qu’il existe aujourd’hui 556 parcours de golf en Écosse, certains des terrains les plus populaires et les plus connus abritent également les plus anciens clubs du monde. Si vous souhaitez faire une pause avec le football en ligne, pourquoi ne pas essayer le golf ? Voici un guide rapide des parcours présents le long de la côte Est et qui étaient déjà mentionnés dans les écrits du 15ème et 16ème siècle.

L’Ancien practice de St Andrews Links

St Andrews et le jeu furent d’abord mentionnés en 1552, ce practice est reconnu comme étant le «berceau du golf». Situé dans le comté de Fife, le parcours de 18 trous est ouvert au public et est la propriété de St Andrews Links Trust. Bien que les origines du jeu aient vu le jour ici, au début des années 1400, suite à une interdiction du Roi James en 1457, le sport ne fut plus pratiqué pendant une courte période. En 1834, quand le golf était en plein essor en Écosse, William IV accorda le patronage royal au practice de golf et la société changea de nom pour devenir le Royal and Ancient Golf Club. Aujourd’hui, le parcours s’est développé pour devenir le plus grand terrain en Europe avec plus d’Opens que n’importe quel autre practice. Les verts et les allées gigantesques offrent peu de différences en termes de surface; attendez-vous donc à un jeu rapide et difficile à St Andrews.

Carnoustie

Les terrains balnéaires de Carnoustie sont considérés comme étant parmi les parcours les plus difficiles d’Europe. Situés dans le comté d’Angus en Écosse, le jeu à Carnoustie a vu le jour en 1527. Le parcours de Golf de Carnoustie dispose de trois parcours au choix: le golf de championnat, le practice Burnside et le practice Buddon. Au fil des années, son parcours de championnat à 18 trous fut le talon d’Achille de nombreux joueurs célèbres eurent à faire face à ses redoutables bunkers et fairways. Si vous prévoyez de faire la route jusqu’à cette terre sanctifiée, mieux voudra pour vous prier pour un climat complaisant lors de votre expérience avec ce parcours difficile.

aberdeen-200Royal Aberdeen

Bien que les traces de jeu à Aberdeen remontent à 1538, le Royal Aberdeen Golf Club – officiellement connu sous le nom de la Société des golfeurs d’Aberdeen – a été fondé en 1780. Le golf a continué sur ce parcours, renommé comme étant le 6ème plus ancien club de golf au monde, jusqu’en 1886 où le club dut déménagé à Balgownie en raison d’une suractivité. Le parcours, qui s’établit sur une bande le long de la côte de la mer du Nord, possède quelques-uns des meilleurs trous au monde situés autour des dunes de sable et le long de l’herbe parallèle à la côte.

 

montrose-200Montrose

Montrose est célèbre pour être le cinquième plus ancien golf au monde et pour son club, le deuxième plus ancien après le R&A. Son parcours fut pour la première fois mentionné en 1562, bien que le club de golf réel, toujours en existence aujourd’hui, ne se soit formé qu’en 1810. On pourra apprécier deux parcours de 18 trous: Médaille et Broomfield. Comme le Royal Aberdeen, les trous difficiles de Montrose offrent une vue splendide sur la mer du Nord.